Quels sont les dangers de la méditation et ses contre-indications ? Ils ne sont pas légion, mais il est important de les comprendre et de savoir les éviter. La Reikiologie, relaxation méditative par le toucher, offre ce savoir.

 

Les dangers de la méditation et ses contre-indications

Des contre-indications évidentes

En réalité, les contre-indications existent pour toutes les pratiques en lien avec l’être humain :

  • par exemple, les chirurgiens vérifient les antécédents du malade avant les opérations, afin de s’assurer qu’ils ne mettent pas en danger le malade ;
  • de même, les médicaments sont soumis à des études cliniques avant leur lancement ;
  • quant aux chiropracteurs, ils étudient les radiographies de la personne avant de la manipuler.

Cela semble évident. Cependant d’autres pratiques font aussi l’objet de telles vérifications :

  • Les salle de sport en salle, ainsi que certains clubs de sport, s’assurent de la bonne santé de la personne avec un certificat médical. En effet, il n’est pas question d’autoriser des efforts si la condition physique ne le permet pas ;
  • et puis certaines techniques de massage, aussi. Ainsi, les techniques d’acupression induisent qu’un masseur prenne ses précautions pour ne pas appuyer sur une tumeur et l’écraser…

Bref, avant d’intervenir sur un être humain, il convient de vérifier qu’on ne va pas empirer sa situation !

 

Des dangers de la méditation rarement mentionnés

Contre-indications : certains troubles mentaux

Beaucoup de personne vendent la méditation comme le remède idéal à la souffrance psychique. Somme toute, tous utilisent la méditation dans un manque de discernement généralisé. Beaucoup ignorent ou veulent taire les dangers de la méditation.

A contrario, tout le monde relaye les résultats d’études cliniques démontrant les bienfaits de la méditation :

  • sur le système immunitaire,
  • contre la dépression,
  • voire d’autres troubles mentaux.

De fait, ils suscitent l’intérêt de ces malades et leur laissent envisager l’éventualité d’une guérison grâce à la méditation. En un mot, la méditation devient un médicament et une solution médicale.

Par ailleurs, comme la méditation rime avec la sérénité, beaucoup la perçoivent comme un long fleuve tranquille. Loin d’eux l’idée qu’existent ces dangers de la méditation !

Des fragilités psychologiques à ne pas occulter

Pourtant, si la personne a des fragilités psychologiques, les dangers de la méditation sont réels. En effet, si la personne n’a pas ou plus de repères fondateurs de sa vie, elle ne sait plus à quoi se raccrocher « intérieurement ».

Cette phase de transition, étape pourtant normale dans un travail de méditation, est vécue comme une forte absence de sens. Mais elle peut amplifier certains troubles mentaux, déjà là : décompensations, délires, passages à l’acte. D’où les contre-indications à connaître et respecter !

Un temps nécessaire à respecter

Le saviez-vous ? Il n’est pas rare d’assister, lors de retraites de méditation intensive, à des épisodes où les personnes décompensent. C’est aussi la raison pour laquelle il faut bien choisir les instructeurs de méditation.

Ainsi, des vrais lamas comme ceux que l’on trouve dans l’Himalaya ne nous laissent pas commencer tout de suite avec de longues retraites. Au contraire, ils freinent nos ardeurs ! Pour cela, il faut déjà effectuer des retraites de quelques jours. Et y aller crescendo. Ces lamas connaissent bien les dangers de la méditation.

De fait, si la personne reste équilibrée dans une retraite, elle peut enchaîner sur une retraite plus longue… et ainsi de suite jusqu’à acquérir la stabilité de l’esprit nécessaire pour suivre la retraite de 3 ans, 3 mois et 3 jours.

Un marketing trompeur…

Face à l’engouement environnant vis-à-vis de la méditation, que faut-il faire ?

Informer les gens de cette réalité, ou bien se dire qu’ils finiront bien par s’en rendre compte tous seuls ?

Somme toute, on peut comprendre que de tels discours sur certains dangers de la méditation et la nécessité du respect des contre-indications ne sont pas vendeurs. Chacun a envie de croire à une solution facile, rapide et, quelque part, magique, qui règlerait tout, tout simplement. Il vaut mieux vendre un eldorado de la méditation.

Pourtant, une personne qui n’a pas médité et traversé ces étapes avec un vrai professionnel de la méditation est dangereuse. D’abord parce que ne sachant pas de quoi elle parle, elle aide son prochain à construire son immeuble du bonheur sur des sables mouvants. Ensuite, parce que lorsque l’immeuble s’effondre, elle est incapable de faire face aux dégâts et d’aider à réparer.

On observe malheureusement comment beaucoup privilégient cette vision à court terme et commerciale, de la méditation qui règle tout. Certains « professionnels » se disent que tant que la personne est dans la consommation des pratiques du bonheur, autant profiter soi-même de son argent et avoir sa part du gâteau !… Et tant pis pour les dangers de la méditation !

Une éthique à respecter

Néanmoins, il s’agit de faire preuve d’éthique dans la santé.

Il faut être honnête et expliquer aux gens que ce n’est pas la méditation qui fait le bonheur. Mais que celle-ci est un véhicule dont l’utilisation mène au bonheur. Ainsi que comme tout chemin que l’on prend, il y a des montées et des descentes à franchir.

Que le principe même de la méditation n’est pas d’arriver, mais de parcourir le chemin, c’est-à-dire de vivre sa propre transformation, de son mal-être vers son mieux-être.

Par contre, il est important de préciser que ce chemin peut se faire le mieux possible avec les pratiques adaptées et des professionnels correctement formés.

C’est un enjeu d’éthique, l’éthique étant l’expression naturelle de notre esprit parfait, au même titre que l’amour inconditionnel, la compassion, la sagesse, l’altruisme. Taire les dangers de la méditation ne fait pas partie de notre éthique.

 

Le véritable sens de la méditation

Tout d’abord, le fondement de la méditation est d’apprendre à se connaitre, en observant son fonctionnement. Cette observation permet la prise de conscience de certains mécanismes psychiques bloquants, pas toujours faciles à vivre.

La connaissance phénoménologique

Dans la conscience humaine, il y a en réalité 8 consciences : des sens, mentale, parfaite (esprit parfait) et non parfaite (égotique). Cette connaissance relève de la phénoménologie de l’Abhidharma, science de l’esprit. Nous approfondissons ce sujet pour ceux désireux de comprendre le cursus de maître praticien Reiki.

L’interaction de ces 8 consciences nous « aide » à développer des modes de pensées conditionnées, et donc de comportemental. Les actes en découlant renforcent ces mécanismes de conditionnement, mais aussi nos souffrances.

En fait, si nous avions tous connaissance de ce mode de fonctionnement, nous serions sans aucun doute plus soigneux de nous-même. De plus, force est de constater que chacun est à la recherche d’une façon de vivre sa vie le mieux possible.

Mais nous allons chercher une source de bonheur extérieure à notre profondeur. Ainsi, chacun avance dans son non discernement et dédie son énergie à chercher un bonheur durable là où il ne peut être. En conséquence, chacun se détourne de sa source intrinsèque de bien-être, annihilant aussi au passage ses potentiels naturels solutionnants.

Quels dangers de la méditation ? Aucun, jusqu’ici. En effet, la méditation a le même effet que la lumière du soleil. En d’autres termes, elle nous fait prendre conscience des dégâts intérieurs que nous occasionnons, à la fois sur le corps et l’esprit.

Par contre, cette prise de conscience s’accompagnent régulièrement, chaque méditant le sait, d’une déstabilisation. Il suffit donc que la personne soit déjà en déstabilisation psychologique, comme dans certains troubles mentaux, pour que ceux-ci en soit accentués. Voilà pourquoi, dans ce cas, la méditation peut déjà être une contre-indication. Et qu’il est déjà possible de parler des dangers de la méditation.

Le travail de la méditation

Les méditants assidus l’ont déjà remarqué : il y a deux étapes lorsqu’on fait un travail avec la méditation.

Premièrement, l’éclaircissement et la découverte de soi, accompagné d’une prise de conscience de son propre fonctionnement. Lorsque celui-ci ne nous plaît pas, il génère du mal-être supplémentaire. Un peu comme la personne malheureuse de fumer et, comprenant enfin pourquoi, culpabilise en sus.

Deuxièmement, une étape nécessaire de lâcher prise. Car face à cette prise de conscience, il faut lâcher prise pour intégrer l’effet émotionnel. Mais… chacun avec ses résistances et ses états d’âme, fera que cela durera plus ou moins longtemps.

Un exemple du travail effectué

En un mot, un travail régulier permet de conscientiser comment nous créons notre souffrance psychologique. Par exemple, quelqu’un pense avoir construit l’immeuble de sa vie sur une surface solide. Mais il avait une vision floutée du sol et s’est trompé d’endroit. Avec la méditation, sa vision du sol devient de plus en plus nette. Puis il s’aperçoit de l’erreur, c’est-à-dire qu’en réalité, il a construit son immeuble sur des sables mouvants. Et comme par hasard, c’est à ce moment que l’immeuble, avec tout le bonheur de vie qu’il contenait, s’effondre.

Un apprentissage de la maîtrise de soi

D’où la nécessité d’y aller à son rythme et d’être encadré par de vrais méditants. C’est d’ailleurs un des rôles de la Reikiologie : accompagner des personnes bousculées par la vie à ce niveau.

Bref, ce sont des étapes à vivre, constituées de bousculements, mais comme dans la vie quotidienne, qui nous chahute. On peut donc connaître des petits et grands bousculement, aussi en alternance avec des phases de petite et de grande sérénité. Pour ces étapes, ni de dangers de la méditation, ni de contre-indications. Mais à condition de ne pas présenter, au préalable, un terrain psychologique fragilisé par certaines formes de pathologies ou de maladies mentales !

Ainsi, si la personne qui médite n’est pas suffisamment structurée, s’ajoute une nouvelle souffrance à la maladie : la souffrance de la souffrance.

 

Le travail apaisant des Reikiologues

L’accompagnement des reikiologues aide les personnes dans la maturation psychologique des difficultés rencontrées au quotidien. Au fil du temps, les personnes identifient ce qui vient polluer leur vie et veulent évidemment le changer. Durant la séance de reiki, le toucher méditatif thérapeutique du Reikiologue aide la personne à entrer dans sa propre relaxation méditative. Comme dans toute thérapie digne de ce nom, la personne se bat forcément avec elle-même à un moment donné. Un peu comme 2 voix intérieures, avec le petit diable sur une épaule et un petit ange sur l’autre qui tiraillent la personne dans 2 directions inverses avec leurs bons conseils.

Mais le reikiologue possède tous les outils nécessaires pour apaiser ce combat intérieur de la personne. Il l’aide aussi à intégrer, le plus en douceur possible, ses propres résistances.

Là encore, il n’y a pas à s’inquiéter, ni à croire à des contre-indications et des dangers de la méditation.

Les contre-indications de la Reikiologie

Cependant, un minimum de précaution doit être pris. Le Reiki Traditionnel professionnel, appelé Reikiologie®, repose sur l’union de la relaxation et de la méditation. De fait, il est soumis aux contre-indications, à cause des dangers de la méditation.

Les contre-indications de la Reikiologie :

  • Dépression en phase aiguë (recevoir quelqu’un en dépression fait partie des dangers de la méditation)
  • Troubles bipolaires non stabilisés (accompagner ces troubles fait partie des dangers de la méditation)
  • Déréalisation et troubles psychotiques – délires, hallucinations : schizophrénie, bouffée délirante, paranoïa… (dangers de la méditation)

Il n’est pas envisageable d’allonger les personnes et de leur faire une séance de relaxation méditative sans s’être assuré que le déroulement d’une séance de reiki ne va pas les fragiliser psychologiquement. Mais chacun n’étant ni médecin, ni psychiatre, comment s’assurer de ne pas faire de bêtise ?

Formation aux contre-indications et dangers de la méditation

A l’Institut de Reiki, la formation professionnelle contient un enseignement complet sur les contre-indications de la méditation en général, et de la Reikiologie plus particulièrement. Ainsi que la façon dont s’y prendre pour obtenir un diagnostic fiable, médical, qui lui évitera de commettre des erreurs.

Lors de sa formation, le (maître) praticien de reiki apprend à mettre en place un accompagnement sur mesure. Dans ces conditions, il permet d’accélérer l’émergence des potentiels naturels solutionnants de la personne.

Si à un moment donné, la personne en arrive à se battre avec elle-même, ce que nous appelons des résistances psychologiques, ou égotiques, il dispose de beaucoup de pratiques énergétiques à appliquer durant la séance de reiki, pour aider à fluidifier ces blocages énergétiques.

Ensuite, si plus tard la personne demande à être plus autonome face à ses propres résistances, le maître praticien lui apprend des exercices dédiés, de méditation laïque, de transformation de ses mécanismes bloquants. C’est ce que nous appelons les méditations thérapeutiques (lire l’article sur la détresse morale).

Ces exercices de transformation ont été développés par Christian Mortier dès 2001. Il s’est appuyé sur la connaissance des enseignements reçus, avec Kalou Rimpotché et aussi Bokar Rimpotché, mais aussi sur les travaux de Francisco Varela, pour leur élaboration.

L’émergence de la joie naturelle

Ces exercices de méditation laïque et thérapeutique permettent de faire émerger la joie de vivre naturelle par la transformation des résistances égotiques.

En tous les cas, chaque personne venant consulter un Reikiologue, par la libération de ses tensions psychiques et physiques, libère le bonheur prisonnier en elle et vit, dans cette ouverture, un mieux-être se renforçant et s’enracinant avec le temps.

 

 

Laissez un avis

requis

  • FEDE
  • Qualification des services intellectuels OPQF
  • Fédération de la formation professionnelle
  • Fédération Française de Reiki Traditionnel

Institut de Reiki - Formation professionnelle diplômante en Reikiologie®