Le terme de thérapie alternative est souvent mal compris ou utilisé. Spécialement quand il est en lien avec le domaine de la santé, du bien-être et du développement personnel. En effet, lorsqu’une thérapie classique parle de traiter un symptôme pour libérer son potentiel, personne ne s’inquiète. Mais qu’une thérapie dite alternative parle de libérer son potentiel d’épanouissement ou de bien-être. Alors, elle peut éveiller les soupçons. Que faut-il comprendre de la thérapie alternative ? A quel niveau faut-il être prudent ?

 

Préambule

Régulières sont les interrogations sur des approches thérapeutiques psychologiques, psycho-spirituelles ou alternatives. Pour éclaircir cela, il est surtout important de donner la définition de tels termes génériques. Ainsi, nous nous proposons de commencer à définir un terme générique sur plusieurs articles : la thérapie spirituelle du reiki.

Ainsi, nous verrons, dans cet article et les suivants, des notions telles que thérapie, être spirituel, accompagnement psycho-spirituel…

Evidemment, lorsque nous employons le terme reiki, nous ne parlons surtout pas au nom des pratiques new age du reiki, qui prétendent que le reiki est une énergie universelle. Elles sont aussi des méthodes déviées du reiki originel, le Reiki d’Usui. Par ailleurs, elles font régulièrement l’objet de plaintes pour dérives thérapeutiques, et ne correspondent pas à notre éthique dans la santé.

Mais nous parlons de notre pratique du reiki professionnel, la Reikiologie. Pour rappel, elle a des effets antistress et de bien-être cliniquement prouvés. Son cursus de formation conduit à un diplôme européen de bachelor BAC +3.

 

Définition de la thérapie au sens médical

Selon le Larousse, le terme « thérapie » indique un traitement médical en général, et en particulier, une psychothérapie.

La thérapie est alors un moyen de prévenir, traiter, soigner ou soulager une maladie. Une thérapie peut donc porter sur un traitement médicamenteux d’une maladie physique. Et aussi celui d’une maladie psychique.

De fait, certaines approches psychologiques sont une thérapeutique des troubles psychiques. Il s’agit de troubles mentaux comme la schizophrénie, la dépression, les troubles phobiques, par exemple. Leur classification appartient au DSM, le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux, et relève du domaine médical. Ce manuel est en libre consultation sur internet, ce qui permet d’acquérir une connaissance générale sur les troubles mentaux : télécharger.

Evidemment, il faut avoir suivi des parcours spécifiques, avec diplôme d’état, pour proposer ces pratiques.

 

Définition de la thérapie au sens non médical

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé

Avec la définition de l’Organisation Mondiale de la Santé sur la santé mentale positive, l’approche psychologique ne relève plus que d’un traitement de maladies mentales.

Mais elle sert à accompagner les personnes pour qu’elles se sentent mieux, en général.

En effet, l’OMS a introduit, dans la notion de santé, une approche non médicale, appelée « bien-être ». Un rapport a repris cette compréhension, en 2009, en France.

Nous rappelons ici la définition de l’OMS : la santé « ne consiste pas simplement en une absence de troubles mentaux (…) [C’est] un état de bien-être par lequel l’individu reconnaît ses capacités, est capable de faire face au stress normal de la vie, travaille de manière productive et fructueuse et apporte une contribution à sa communauté ».

Ce qui relève de cette thérapie

Les personnes concernées souffrent d’anxiété, de stress, d’émotions conflictuelles. On peut aussi se sentir mal dans sa tête ou sa peau et être, à ce titre, demandeur d’un accompagnement psychologique. Toutes ces manifestations relèvent d’états psychologiques que l’on peut qualifier d’états d’âme. Evidemment, elles ne sont pas des maladies et entrent dans ce champ non médical.

 

La notion de thérapie dans le langage commun

C’est la raison pour laquelle aujourd’hui, en langage courant, thérapie signifie « faire un travail sur soi ». Ainsi, de nombreuses pratiques portent cette appellation. Elles indiquent, en effet, que l’on va effectuer un travail sur la souffrance psychique qui nous empêche de nous sentir heureux. Rien de dangereux à vouloir être heureux et accompagné pour cela !

Nous sommes encore, à ce niveau, dans le domaine du bien-être, hors champ médical pour l’OMS.

Toutefois, il est à noter que beaucoup de pratiques menant au bien-être se nomment « thérapie », avec plus ou moins d’exactitude. Il s’avère que le travail qu’elles proposent a peu à voir avec une thérapie. En effet, il ne permet pas de transformation des conflits intérieurs.

Enfin, familièrement, on dit de quelqu’un qu’il fait sa thérapie quand il vient de déverser ses états d’âme.

 

La thérapie alternative à éviter

Souvent le terme « alternative » signifie une solution douce ou parallèle pour éviter des traitements thérapeutiques avec effets secondaires importants. Les professions réglementées, comme celles du psychiatre, prescrivent généralement ces traitements médicamenteux.

Ces professions traitent des troubles mentaux, du comportement, de la personnalité.

Ainsi, une thérapie alternative à ces solutions classiques thérapeutiques est une thérapie d’évitement. Celui des traitements lourds ou à l’origine d’états d’âme chez la personne.

Mais depuis quand une absence de médicaments peut-elle aider un schizophrène ou un dépressif à guérir ? Ou à ne plus déclencher de crise ? Tous les scientifiques vous diront que c’est impossible.

C’est pourquoi ce style de thérapie alternative, qui conseille d’arrêter des traitements chimiques, est à fuir.

 

La thérapie alternative à suivre

Si l’on considère qu’une thérapie vient en complément de l’offre des thérapies classiques, elle se nomme souvent et aussi, ‘thérapie alternative’. Or, elle devrait plutôt se nommer thérapie complémentaire.

Ainsi, une thérapie complémentaire ne détourne évidemment pas la personne d’un traitement et d’un suivi médical. Mais au contraire, elle encourage cette personne à les suivre. Et dans le même temps, elle l’accompagne dans ses états d’âme, qui eux ne relèvent pas du médical.

Dans ce cas, cette thérapie alternative n’est pas source de dérives thérapeutiques. Force est de constater qu’il existe aujourd’hui de nombreuses approches en France dans ce cas…

 

La définition de thérapie de l’Institut de Reiki

Déjà, le cadre de la pratique de la Reikiologie relève du domaine de la psychologie transpersonnelle. C’est une approche psychologique très particulière, permettant à la personne de donner du sens à sa vie. D’où aussi le terme de thérapie spirituelle, auquel nous consacrerons un article.

Nous définissons le Reiki comme une approche thérapeutique, où un accompagnement psychologique permet de faire un point avec soi-même. Et ce, afin d’identifier ses états d’âmes et de les transformer en dynamique naturelle de vie.

L’aspect thérapeutique dans le reiki apporte donc aux personnes un lâcher prise avec diverses formes de ressentis de mal-être, tels que :

  • les tensions de stress ressenties psychologiquement ou physiquement ;
  • les pensées agitées (absence de calme mental), le « petit vélo » dans la tête ;
  • l’anxiété, les peurs, les angoisses récurrentes et sans explication (lutter contre l’angoisse) ;
  • la fatigue mentale, le manque d’envie, ou de punch ;
  • la détresse morale ;
  • et bien d’autres encore.

Le Reiki est donc, non pas une thérapie alternative, car il n’empêche pas la personne de suivre un traitement médicamenteux. Ni ne l’oblige à se détourner du médical. Bien au contraire, il a une compréhension holistique de la santé et tout comme l’OMS, encourage la personne à concilier la santé médicale avec la santé non médicale pour trouver son équilibre. C’est une thérapie complémentaire aux méthodes conventionnelles existantes.

 

Les moyens thérapeutiques du Reiki

Les moyens utilisés dans la thérapie complémentaire de la Reikiologie durant le déroulement d’une séance sont :

  • une écoute active et dans l’ouverture du praticien professionnel, avec un entretien d’accompagnement psychologique de la personne, vers la libération de ses blocages émotionnels
  • la résonance méditative de l’ici et maintenant. Cette méditation est effectuée par le praticien. Elle permet à la personne, allongée habillée à ne rien faire, d’être en pleine conscience avec elle-même ;
  • le toucher fixe et léger, qui est un toucher thérapeutique – au sens déclencheur d’une sensation de mieux-être. Il est qualifié plus exactement de toucher méditatif thérapeutique ;
  • l’utilisation du circuit énergétique et des souffles internes (connaissance issue des pratiques orientales du « ki », « chi », « qi »).

 

L’association de tous ces éléments permet à la personne de se libérer des tensions accumulées, au niveau du corps et de l’esprit. Moins tendue, moins préoccupée, plus disponible, plus posée, elle acquiert une nouvelle vision de certaines situations et accède, de fait, à ses potentiels naturels solutionnant.

Elle peut ainsi mieux vivre sa vie au quotidien, tout simplement.

 

 

Laissez un avis

requis

  • FEDE
  • Qualification des services intellectuels OPQF
  • Fédération de la formation professionnelle
  • Fédération Française de Reiki Traditionnel

Institut de Reiki - Formation professionnelle diplômante en Reikiologie®