Après avoir abordé ce qu’est la souffrance psychologique ou psychique, d’où elle vient – tout en se basant sur une démarche de science de l’esprit – et quelle forme elle prend intérieurement, cette partie aborde l’évolution de la souffrance psychologique et les pratiques aujourd’hui à notre disposition pour l’arrêter durablement. La Reikiologie®, marque certifiée du Reiki Traditionnel attestant du professionnalisme de ceux qui la proposent, fait partie de ces pratiques.

De la souffrance psychologique à la souffrance psychophysique : évolution

La souffrance psychologique

Nous avons abordé dans la première partie de cet article sur la souffrance psychique les types de souffrance : la souffrance subtile, la souffrance du changement et la souffrance de la souffrance. Il est pourtant rare qu’un consultant vienne nous voir en cabinet en nous expliquant que les raisons qui l’amènent sont la souffrance de la souffrance ou la souffrance du changement. Ce que nous avons précédemment décrit sont les mécanismes destructeurs, car déclencheurs de la souffrance psychologique.

Dans le Reiki Traditionnel, il ne s’agit pas de faire un cours au consultant et de lui raconter ce qu’a dit le Bouddha. Cela n’a aucun intérêt, et il sera plus bénéfique pour le consultant d’aller écouter un grand maître ayant atteint l’éveil parfait, sur les enseignements du Bouddha qu’aller voir un praticien de Reiki, dont le métier n’est pas d’enseigner le Bouddhisme.

Notre métier est d’accompagner concrètement la souffrance psychologique de nos consultants vers sa fluidité et dynamique, afin que nos consultants aient une expérience d’ouverture dans leur profondeur ; il ne consiste pas à édicter de grandes théories ou à faire des cours sur les cinq bouddhas, ne leur faisant pas quitter l’intellectuel, considéré comme la superficie de la personne.

Les trois types de souffrance abordés précédemment étant des souffrances de l’esprit, nous parlerons simplement de souffrance psychologique ou de mal-être.

La souffrance psychologique est vécue différemment selon les personnes : ce peut être un mal-être estompé, diffus, et difficile à décrire, bien que présent. Ce peut être un mal-être très concret, que le consultant est capable de décrire précisément.

Une forme concrète de mal-être est, par exemple, une émotion : quand je me mets en colère, je sens une boule à la gorge qui m’oppresse.

Une forme diffuse de mal-être : je ressens comme un mal de vivre.

Une autre forme de mal-être : à chaque fois que la personne est face à une situation nouvelle, elle se ferme et rejette la nouveauté. Ce dernier point est ce que la Reikiologie® appelle des fixations de l’esprit : c’est notre conditionnement à toujours agir de la même façon – conditionnement nous emmenant dans des formes plus concrètes de mal-être.

Les émotions conflictuelles sont abordées durant le cursus de praticien de Reiki. Les fixités sont abordées durant le cursus de maître praticien de Reiki.

Pour faire une parenthèse afin d’établir un lien avec l’enseignement bouddhiste, celui-ci parle du voile des passions quand la Reikiologie® parle d’émotions. Les enseignements bouddhistes parlent du voile du karma quand la Reikiologie® parle de fixités. Fixités et émotions sont intimement liées. En Occident, nous avons une vision des émotions complètement différente de la vision orientale : nous mettons dans les émotions les émotions positives et les émotions négatives, y compris la joie, qui n’est pas une émotion lorsque l’on connaît le mécanisme sous-tendant l’apparition d’une émotion.

La souffrance psychologique prend des formes multiples chez les consultants venant nous voir :

  • Je suis sans arrêt dans l’émotion
  • J’ai tout le temps les mêmes pensées fixantes – je n’en sors pas
  • J’ai toujours un mal de vivre
  • Je n’ai pas d’adaptation à la vie
  • Je manque de créativité
  • Je suis régulièrement en déprime
  • Je me sens sous pression
  • Je n’y arrive plus, ça m’épuise

La pédagogie et les pratiques de la Reikiologie® permettent d’arrêter cette souffrance psychologique progressivement, mais durablement.

Quelle différence entre souffrance psychologique et souffrance physique ?

Intérieurement, la souffrance évolue toujours similairement, de son aspect de souffrance psychologique à souffrance physique.

L’absence de connaissance de son esprit engendre une séparation de l’esprit avec lui-même (dualité).

Dans cette séparation naissent les émotions conflictuelles. Une émotion racine est la peur qui se décline à tous les niveaux : la peur de ne pas y arriver, la peur de manquer, la peur de ne pas savoir ce qui va se passer…

Cumulées dans le temps, ces peurs s’ancrent intérieurement, et créent l’anxiété. La nature anxieuse de la personne, constamment sur le qui-vive, génère du stress.

Le stress, que l’on vit souvent au début comme une pression intérieure, difficile à situer mais bien perceptible pour celui qui le vit, s’accumule intérieurement.

Puis le corps commence à se manifester et à faire mal : la personne ayant mal à l’estomac se rend chez son médecin généraliste qui ne constate aucun symptôme médical : elle somatise, et il lui est souvent conseillé d’aller faire une bonne pratique de relaxation, pour lâcher avec le stress.

Mais si la personne ne stoppe pas ce cercle vicieux, cela peut encore dégénérer : un estomac régulièrement sous l’action du stress peut finir par présenter un ulcère…

La pratique professionnelle certifiée du Reiki, la Reikiologie®, tient compte de ce processus évolutif et le stoppe à la racine.

Traditionnellement, la souffrance physique est celle que tout le monde situe dans le corps. Toutefois, il faut comprendre que bien que nous parlions de souffrance physique, parce qu’elle concerne le corps, la souffrance est ressentie dans l’esprit. Ainsi, il y a la souffrance psychologique ramenée au corps, et la souffrance psychologique ressentie mais non ramenée au corps.

Un exemple manifeste sont les membres fantômes. On n’ignore pas aujourd’hui qu’environ 70% des personnes amputées présentent les symptômes du membre fantôme : une personne dont la jambe est sectionnée à partir de la cuisse peut se plaindre de douleurs à la jambe qui n’est plus là. La douleur n’est pas dans la jambe qui n’est plus là. La douleur est ressentie dans l’esprit. Ainsi, il est constaté que l’esprit a bien mal, et non le corps. Certains scientifiques établissent un lien explicatif avec le système nerveux (les nerfs coupés) ; cependant, comment expliquer que si la personne est amputée au niveau de la cuisse, elle puisse avoir mal au niveau du mollet alors que les nerfs coupés ne sont pas plus là ? De plus en plus font désormais un lien avec la phénoménologie de l’esprit pour expliquer la douleur de cette partie du corps qui n’est plus là : la douleur est vécue dans l’esprit, qui lui est sans substance (non matériel).

Et la souffrance psychophysique ?

Il s’agit de la souffrance concernant le corps et l’esprit en même temps – plus exactement, il s’agit d’une souffrance ressentie, que l’on situe à la fois au niveau du corps et au niveau de l’esprit.

Pour reprendre l’exemple de la personne ayant développé un ulcère à l’estomac, une fois le symptôme médical établi et bien présent, cette personne peut se demander ce qui a déclenché son ulcère, combien de temps les douleurs vont durer ; elle s’inquiète de savoir quand elle pourra reprendre le cours normal de sa vie. En un mot, ses douleurs à l’estomac génèrent de l’anxiété.

L’anxiété qui était à l’origine du stress, puis de la somatisation, puis de l’ulcère, se renforce. Elle vient maintenant se greffer sur le fait d’avoir un ulcère + de ne pouvoir vivre sa vie normalement. Cette anxiété, si elle n’est pas stoppée avec une pratique appropriée, se sclérosera. Avec pour conséquence un renforcement du stress déjà existant. Ensuite, une pression supplémentaire sur l’estomac déjà touché – voire sur un autre organe s’il y a déplacement de symptôme, etc.

En un mot, il est possible de passer toute sa vie avec des déplacements de symptômes et de ne pas sortir de ce cercle vicieux.

La méditation : un véhicule pour arrêter la souffrance psychologique

Pourquoi est-il possible d’arrêter la souffrance psychologique ?

Existe-t-il un cercle vertueux ? Avec une pratique spirituelle appropriée comme la Reikiologie®, il est évidemment possible d’avoir un tel cercle. La souffrance psychologique ayant eu un début, elle peut prendre fin. C’est d’ailleurs le constat établi par le Bouddha avec les quatre nobles réalités et la troisième en particulier : la cessation de la souffrance, c’est-à-dire la possibilité d’arrêter la souffrance. Ces pratiques stoppent le développement de la souffrance  psychologique dès son origine, à savoir l’existence des voiles générant l’ignorance de l’esprit, et tout ce qui en découle, comme évoqué ci-dessus.

L’arrêt durable de la souffrance par la méditation

Cela correspond à la quatrième des nobles réalités : le chemin à emprunter pour arrêter la souffrance. Il ne s’agit pas d’arrêter cette dernière temporairement, mais durablement, sachant que cela ne peut pas se faire en une seule fois.

Le travail dont il s’agit est un travail spirituel : un travail sur la profondeur de l’esprit consistant à le dévoiler pour le déconditionner. La pratique ayant fait ses preuves depuis plus de deux millénaires est la méditation, car elle permet de brûler les voiles de l’esprit. Les voiles ou miasmes étant « brûlés », ceux-ci ne peuvent plus se remettre en route.

Qu’est-ce que la méditation ? Il existe beaucoup de fantasmes à son sujet. Aussi nous lui consacrerons un article.

D’ores et déjà, nous pouvons expliquer que la méditation est un véhicule vers la connaissance de soi. Elle permet de prendre conscience des mécanismes destructeurs de l’esprit au sens où elle fait cesser toute forme de dualité de l’esprit. Si l’esprit n’est plus duel, il cesse de s’ignorer. S’il cesse de s’ignorer, il se reconnaît ; les peurs ne sont plus présentes. Sans les peurs, le stress n’est plus. Sans le stress, la somatisation n’est plus. Peut-être pourra-t-on aussi éviter la survenue de certains désordres psychophysiques, dont le traitement relèverait du médical. En un mot, on vit mieux !

La méditation est une pratique de libération : elle permet de libérer l’esprit de ses mécanismes destructeurs. Lorsque l’on parle de méditation comme pratique de transformation de l’esprit, il est évident qu’il ne s’agit pas de transformer la personne méditant en quelqu’un qu’elle n’est pas. La transformation dont il est question est celle de la souffrance. En fait, la méditation transforme l’esprit, d’un état de souffrance (mal-être) à un état de non souffrance (mieux-être). La souffrance de l’esprit n’est autre que l’ego annihilant les potentiels naturels solutionnant (qualités d’esprit). La transformation de celui-ci libère et révèle les qualités d’esprit de la personne, pouvant enfin devenir celle qu’elle souhaite profondément.

La Reikiologie, union de la relaxation et de la méditation : du mal-être au mieux-être

Chaque être humain a un esprit parfait en essence, dénué de souffrance. Cet esprit parfait s’est chargé de souffrance. Cette souffrance est nommée génériquement l’ego. Etant donné que nous ne fonctionnons que par résonance, nous redéclenchons en nous, au gré des situations, la partie parfaite et la partie égotique. Tant que nous sommes duels, l’une ou l’autre prend le dessus. Ainsi, face à une situation, ce sont nos miasmes qui se mettent à résonner, générant au même instant une sensation de mal-être. Dans un environnement sous pression, une personne peut ressentir du stress car ses miasmes de l’esprit se remettent en route à ce niveau par résonance ; dans le même environnement, une autre personne, n’ayant plus de miasmes ne ressentira aucun stress.

Les pratiques de méditation laïque de la Reikiologie®, le Reiki professionnel certifié, couplées au toucher spécifique, sont basées sur la connaissance de la structure de l’esprit et des mécanismes engendrant la souffrance, ce qui permet de désamorcer ces mécanismes. Elles sont intégrées à l’enseignement tout au long des cursus de l’Institut de Reiki et permettent, à la base, de travailler sur les trois formes de souffrance : subtile, du changement, de la souffrance. La transformation de ces trois formes permet au fur et à mesure de les dénouer, de la plus concrète à la plus subtile et ainsi de remonter progressivement à la source de la dualité pour la faire cesser. Une fois ce savoir-faire intégré, les maîtres praticiens sont en mesure d’en faire profiter leurs consultants.

Durant les consultations professionnelles, les méditations de la Reikiologie® sont adaptées aux formes de souffrances verbalisées par le consultant et lui permettent de transformer sa souffrance à plusieurs niveaux :

  • La méditation durant la séance de Reiki elle-même : la méditation du maître praticien basée sur des supports spécifiques permettant l’arrêt de la dualité. Par résonance, le consultant entre dans sa propre méditation et son esprit cesse d’être duel : le consultant peut vivre l’absence de souffrance le temps de la séance
  • Les pratiques énergétiques de résonance : elles sont des protocoles spécifiques au Reiki Traditionnel (selon le référentiel de compétences métier Reikibunseki®) et permettent au consultant de se détendre face aux angoisses, à l’anxiété, à la fatigue, aux pensées récurrentes, aux insomnies…
  • Si le consultant souhaite apprendre des méditations pour ne pas dépendre du maître praticien entre deux séances de Reiki, ce dernier lui donnera des exercices appropriés répondant à ses difficultés pour brûler les voiles de l’esprit déclenchant ces difficultés.

En un mot, les séances de Reikiologie® sont une façon de faire profiter des personnes qui ne savent pas ou ne veulent méditer des bienfaits de la méditation, par l’entremise des praticiens professionnels, tous répertoriés sur l’annuaire reiki de la Fédération Française de Reiki Traditionnel.

E.Ivanez

Texte déposé sous copyrights. Non autorisé à la reproduction partielle ou intégrale (mentions légales)

¤ ¤ ¤

 

Laissez un avis

requis

  • FEDE
  • Qualification des services intellectuels OPQF
  • Fédération de la formation professionnelle
  • Fédération Française de Reiki Traditionnel
  • SYNDICAT DU REIKI

Institut de Reiki - Formation professionnelle diplômante en Reikiologie®

Nous souhaitons vous notifier de la parution
de nos nouveaux articles.
Il vous suffit de nous donner votre accord via ce formulaire.
Restez informé
Essayez, vous pourrez vous désinscrire à tout moment.
close-link

Abonnement

Restez informés des derniers articles
Valider