Le Bouddhisme, classé comme religion… mais quelle religion ?

Définition de la religion

Quand on emploie un terme générique, il convient de donner une définition du terme pour être sûr d’avoir la même compréhension. Si, par exemple, on demande à 1.000 personnes : « c’est quoi le bonheur ? », nous aurons 1.000 réponses différentes. La plupart des personnes associent le Bouddhisme aux autres religions. Il est ainsi classé comme quatrième religion mondiale derrière le christianisme, l’islam, et l’hindouisme. Certains bouddhistes eux-mêmes parlent de leur pratique comme une religion. Mais quel sens est alors donné ? Le mot religion a-t-il la même signification pour tous ?

Le Larousse définit la religion comme : « Ensemble déterminé de croyances et de dogmes définissant le rapport de l’homme avec le sacré ; Ensemble de pratiques et de rites spécifiques propres à chacune de ces croyances. »

Le Larousse ajoute sur le Bouddhisme : « Religion et philosophie se réclamant de l’enseignement du Bouddha qui, bien que fidèle pour l’essentiel à la pensée du fondateur, s’est diversifiée dans l’espace asiatique au cours des temps. »

Notion du sacré ou divin

Lorsqu’on parle du rapport de l’homme avec le sacré, on parle du rapport de l’homme avec le divin.

Pour les religions, le sacré, ou divin, est un Dieu créateur.

Pour le Bouddhisme, le sacré ou divin est l’être humain lui-même, et plus spécifiquement ce qui est divin en lui-même, c’est-à-dire ses qualités d’esprit. Celui qui a délivré des enseignements sur les qualités d’esprit est le Bouddha, qui est un être humain ayant bien vécu.

Ainsi, si l’on considère qu’une religion est un ensemble de pratiques permettant à l’être humain de se relier à un Dieu créateur, qui est extérieur à lui-même, le Bouddhisme n’est pas une religion.

Si l’on considère que le Bouddhisme est un ensemble de pratiques permettant à l’être humain de se relier avec ce qui est divin, sacré en lui, le Bouddhisme est une religion.

Une différence d’approche fondamentale

L’approche de ces pratiques contient une différence fondamentale :

  • Dans les religions, on se relie à un sacré qui est extérieur à l’être humain.
  • Dans le Bouddhisme, on se relie au sacré de l’être humain, qui sont ses propres sagesses intérieures, ou sa propre profondeur.

Cela signifie que dans le Bouddhisme, la reliaison de l’être humain avec lui-même ne se fait pas en passant par quelque chose d’extérieur à lui-même.

A ce titre, le Bouddhisme n’est pas à classer au même titre que les religions, et afin de ne pas faire d’amalgame sur cette différence d’approche fondamentale, beaucoup de Bouddhistes préfèrent parler non pas de Bouddhisme, mais du Dharma, ou enseignement du Bouddha.

 

Croyance et connaissance : quel est leur rapport ?

La croyance est le fait de croire à l’existence de quelqu’un ou de quelque chose, à la vérité d’une doctrine. Une croyance est quelque chose qui n’est pas vérifiable. Ce n’est pas parce qu’on affirme quelque chose qu’on peut prouver que c’est vrai. La croyance est non démontrable. Pour la même chose, certaines personnes y croiront et affirmeront qu’elles ont raison, et d’autres personnes n’y croiront pas et affirmeront aussi qu’elles ont raison.

En un mot, les croyances des uns ne sont pas toujours les croyances des autres.

Exemple : dire qu’on se connecte à l’énergie universelle ou à l’énergie du cosmos est une croyance.

La croyance s’arrête là où commence la connaissance.

Le Bouddhisme repose non pas sur une croyance, mais sur une connaissance.

La connaissance n’est pas à prendre au sens du dictionnaire, c’est-à-dire qu’il ne s’agit pas de savoir quelque chose au sens encyclopédique, comme par exemple, avoir la connaissance d’éléments chimiques qui composent une matière.

Il s’agit de la connaissance de l’esprit-expérience, ou de la conscience-expérience.

Cette démarche étant fondée sur la connaissance, le propre de celle-ci est que chacun peut vérifier cette connaissance par lui-même – pour autant qu’il ait envie de mettre en pratique les exercices qui le lui permettront.

C’est ce que propose le Bouddhisme. Loin de se restreindre à une philosophie de vie, ou à une croyance, il explique scientifiquement le fonctionnement de l’esprit humain et met à disposition des outils, comme la méditation, permettant de vérifier ce qui est affirmé au sujet du fonctionnement de notre esprit, en en ayant soi-même l’expérience.

Spiritualité religieuse ou tradition spirituelle ?

Le Larousse définit la spiritualité comme : « ce qui concerne la doctrine ou la vie centrée sur Dieu et les choses spirituelles. »

Quant au terme spirituel, le Larousse le définit comme : « Qui est de la nature de l’esprit, considéré comme une réalité distincte de la matière : La nature spirituelle de l’âme. »

Le spirituel dont parle le Bouddhisme est aussi en lien avec l’esprit (spirit). Une tradition spirituelle est une tradition de connaissance sur le fonctionnement de l’esprit. Et si l’on demande à un grand maître comme le Dalaï Lama ce que signifie spirituel, il répondra qu’une pratique spirituelle est une pratique dans laquelle on fait un travail sur son propre esprit.

 

Le Bouddhisme est une explication scientifique du fonctionnement de l’esprit-conscience de l’être humain

Des voiles de l’esprit au bonheur parfait

En quoi consiste cette explication ? Elle repose sur la connaissance de la nature de notre esprit, qui est bonheur parfait en essence. Ce bonheur est entaché de souffrance, qu’il est possible de déraciner définitivement.

Les pratiques bouddhistes permettent de prendre conscience de ce fonctionnement, de la naissance de la souffrance à son arrêt définitif et d’en avoir l’expérience, c’est-à-dire de pouvoir vérifier soi-même pour l’avoir vécu, la transformation graduelle de la souffrance présente dans notre esprit en non souffrance – jusqu’à ce que le potentiel de souffrance ait complètement disparu et laisse place à l’expression de notre esprit parfait : le bonheur parfait (Eveil de la conscience).

C’est la dualité de l’esprit (esprit-conscience), qui s’est séparé de lui-même avec :

  • Une partie qui va mal
  • Une partie qui va durablement bien

la seconde étant ‘polluée’ par la première.

Dans l’enseignement bouddhiste, on dit que les voiles de l’esprit sont les mécanismes de notre esprit qui génèrent et entretiennent la souffrance. Ils nous emmènent dans des formes de souffrance et se développent de façon plus ou moins sévère si on laisse faire.

La connaissance est de savoir discipliner son esprit pour arrêter ces mécanismes et l’empêcher de continuer à générer de la souffrance.

Les pratiques utilisées pour cela dans le Bouddhisme sont différentes formes de méditation.

La méditation permet de reconnaître l’expression de cette partie qui va mal en nous pour l’arrêter et atteindre au fur et à mesure la partie en nous qui va durablement bien… pour rester durablement avec.

Ainsi, la méditation est un véhicule, un moyen d’accéder à cette connaissance magnifique et profonde. La pratique régulière de la méditation, à condition d’être accompagné par un enseignant légitime, lui-même formé aux pratiques méditatives par des grands maîtres de méditation et ayant fait ses preuves à ce niveau, permet de déraciner la souffrance de son esprit en le disciplinant pour cesser toute forme de désunion, ou dualité, intérieure.

La vérification scientifique

Lorsque l’on dit que le Bouddhisme est une science du fonctionnement de notre esprit, on implique une démarche scientifique de vérification : il ne s’agit pas d’affirmer les choses et de demander à ce qu’on les croie sur parole (ce qui serait une croyance), mais il s’agit de vérifier ce qu’on affirme et de pouvoir le faire vérifier à d’autres (principe de la connaissance).

C’est la vocation du Mind and Life Institute, une organisation à but non lucratif qui cherche à comprendre l’esprit humain et les bénéfices de pratiques méditatives en intégrant les connaissances acquises par tout être humain grâce à la méditation, avec les méthodes et résultats de la science et de la recherche scientifique contemporaine. Ainsi, de grands maîtres de méditation et des scientifiques émérites participent au développement de cette connaissance.

En clair, le Bouddhisme permet de vérifier scientifiquement et sur un plan empirique la façon dont naît la souffrance dans notre esprit et met à disposition des pratiques pour arrêter cette souffrance.

Un fonctionnement universel

Ce qui est tout à fait intéressant, est que bien que le Bouddhisme ne prenne pas sa source dans notre culture occidentale, le fonctionnement vérifié scientifiquement est valable pour tous les êtres humains : ils ont tous un esprit !

Ainsi, on peut être croyant ou pas, cela n’est pas incompatible avec le désir d’effectuer un travail sur son esprit, en utilisant la science du Bouddhisme.

On peut être de culture orientale ou occidentale, la connaissance du fonctionnement de notre esprit, telle qu’expliquée et vérifiée grâce au Bouddhisme, est valable, accessible et ouverte à tous.

Toute la gageure est d’accéder à un enseignement, dispensant cette connaissance, que l’on sera soi-même capable de comprendre, de suivre, et d’intégrer.

C’est la raison pour laquelle il existe de multiples pédagogies, d’enseignements et de pratiques, dans le Bouddhisme.

C’est aussi la raison pour laquelle de plus en plus, en Occident, des formes de méditation laïque apparaissent : le désir de cesser de souffrir est présent chez tous. Pour accéder à cette compréhension du fonctionnement de notre esprit et pouvoir la mettre en pratique, conformément à sa culture et à sa personnalité, la demande se fait de plus en plus distincte d’avoir à disposition des enseignements laïcs, des pédagogies laïques et des méditations laïques de ce que le Bouddhisme propose dans sa tradition culturelle orientale.

E.Ivanez

Texte déposé sous copyrights. Non autorisé à la reproduction partielle ou intégrale (mentions légales)

¤ ¤ ¤

A suivre : quelles pédagogies de méditation du bonheur durable et parfait ?

Laissez un avis

requis

  • FEDE
  • Qualification des services intellectuels OPQF
  • Fédération de la formation professionnelle
  • Fédération Française de Reiki Traditionnel
  • SYNDICAT DU REIKI

Institut de Reiki - Formation professionnelle diplômante en Reikiologie®

Nous souhaitons vous notifier de la parution
de nos nouveaux articles.
Il vous suffit de nous donner votre accord via ce formulaire.
Restez informé
Essayez, vous pourrez vous désinscrire à tout moment.
close-link

Abonnement

Restez informés des derniers articles
Valider