Basée sur la démarche authentique de son fondateur méditant japonais Mikao Usui, le Reiki a été remis à l’ordre du jour par l’Institut de Reiki. Les compétences professionnelles qui composent nos métiers ne sont dispensées dans nulle autre formation, et créditent les apprenants d’un haut niveau de savoir-faire en relation d’aide. Ce reiki professionnel unique s’appelle la Reikiologie.

 

Des métiers aux compétences multiples

Le cycle fondamental, de Praticien en Reikiologie, délivre un panel global de compétences : le praticien est à la fois psychopraticien, énergéticien et somatopraticien.

Le cycle supérieur, de Maître Praticien en Reikiologie, ajoute les compétences suivantes : accompagnant psychologique et pédagogue en méditation.

 

Praticien en Reikiologie

Il est le généraliste du bien-être durable.

Diplômé en relation d’aide et accompagnement de la personne, le praticien en Reikiologie met en place des actions de développement des ressources personnelles, physiques et psychologiques, afin de favoriser le bien-être et l’épanouissement personnel.

Il ne dispense pas de soins, de méthode de traitement de symptômes, ni ne traite les maladies.

Mais il aide à prévenir et soulager les maux du corps et de l’esprit :

  • stress ;
  • fatigue ;
  • insomnies ;
  • déprime ;
  • émotionnel bloquant ponctuel ;
  • somatisation ;
  • douleurs et tensions,

pour faire accéder la personne à ses potentiels naturels solutionnant.

Son savoir-faire repose sur la maîtrise de l’interaction entre le corps, la conscience et les énergies internes, conduisant la personne à son bien-être naturel et durable.

 

Maître Praticien en Reikiologie

Il est spécialisé sur le bien-être durable profond.

Il offre les mêmes prestations d’épanouissement personnel que le praticien. En complément, il est diplômé pour sa maîtrise en détresse psychologique réactionnelle, issue de mécanismes psychiques plus ancrés, à l’origine de la formation des maux réglés par le praticien.

Le maître praticien répond aux demandes suivantes :

  • accompagnement de maladie grave ou de fin de vie ;
  • manque de sens (déshumanisation, problème existentiel, mal de vivre) ;
  • fragilités psychologiques (perte de repères, chocs de la vie, deuil, difficulté d’adaptation, burnout) ;
  • émotions conflictuelles récurrentes et fixités mentales.

Son savoir-faire repose sur l’union profonde du corps, de l’esprit, et des énergies internes, permettant de faire accéder la personne à ses valeurs intrinsèques de vie, en réponse aux difficultés induites par une situation de vie éprouvante, souvent abrupte.