Les méthodes de thérapie psychocorporelle reposent sur l’interaction entre le corps et l’esprit. Et donc sur la nécessité de les utiliser pour aider la personne à délier ses ‘traumatismes et blessures’. Notre formation de thérapie psychocorporelle aide la personne à se libérer des blocages logés à la fois dans la conscience et dans le corps. Nous allons donc voir sur cette page comment le Reiki libère les blocages psychiques et physiques, par l’union du corps et de l’esprit, et du toucher.

 

Formes diverses de thérapie

La thérapie est une méthode de dissolution des blocages.

La thérapie du corps, ou thérapie corporelle

Lorsque le blocage se situe au niveau du corps, beaucoup emploient le terme de thérapie corporelle. Généralement sont répertoriées comme telles des méthodes comme :

  • le shiatsu,
  • ainsi que certaines formes de massage,
  • mais aussi le do in, etc.

Axées sur le corps, ces pratiques ne prennent pas en compte la personne dans sa globalité. Elles s’adressent donc aux personnes désireuses d’avoir une méthode d’approche par le corps, face à leur mal-être.

Il est à noter que plusieurs professionnels de la psychothérapie avertissent sur la confusion entre les pratiques corporelles (ci-dessus) et psychocorporelles. Ainsi, ils excluent ces méthodes de la démarche thérapeutique, puisqu’elles n’accompagnent pas la personne sur le plan psychologique. Ce qui est le fondement même d’une thérapie.

La thérapie de l’esprit, ou psychothérapie

D’autres approches thérapeutiques visent à lisser les blocages psychologiques. Elles axent donc leur fondement sur l’accompagnement psychologique.

On peut alors trouver des pratiques telles que :

  • la psychothérapie classique,
  • la psychanalyse.

De même, ces thérapies ne prennent pas en compte la globalité de l’être humain. En effet, elles se centrent sur le psychologique. Elles se dédient donc à ceux recherchant une approche mentale de leur mal-être.

La thérapie psychocorporelle, l’union du corps et de l’esprit

Enfin, il existe des approches basées à la fois sur le corps et la conscience.

Qui n’a pas entendu parler de l’intelligence du corps, ou de la mémoire du corps ? La prise de conscience d’un mal-être, phénomène révélateur au niveau physique, est l’intelligence du corps. Quant à la mémoire corporelle, ces méthodes partent du postulat que le corps conserve la mémoire des traumatismes psychiques. Ces traumatismes présents dans la mémoire corporelle seraient à l’origine du stress et des angoisses.

Le reiki fait aussi partie de ces techniques, nous le verrons. Avec, toutefois, une différence sur l’explication sur l’origine des maux, mais une ressemblance sur l’utilisation du corps, de l’esprit, et du toucher.

C’est la raison pour laquelle pour notre part, nous modulons l’affirmation ci-dessus sur les traumatismes et leur traitement. Je reprends donc la définition que je donne parfois dans notre formation de thérapie psychocorporelle. C’est une méthode visant à affranchir l’esprit de son mal-être, plus ou moins fort et ancré, en utilisant le corps.

Dans tous les cas, la compréhension que l’esprit et le corps ne font qu’un, motive ces thérapies psychocorporelles. L’approche par le toucher aussi. D’où, également, la compréhension de l’interaction de l’un sur l’autre. En un mot, la bonne santé de l’un fait la bonne santé de l’autre, et vice-versa.

Mais, bien que l’on date la naissance de la thérapie psychocorporelle aux années 30, avec l’autrichien William Reich, on peut dire qu’avant lui, le fondateur du reiki, le méditant et chercheur Mikao Usui, avait ouvert la voie psychocorporelle au Japon, dès 1922 avec sa méthode.

Le toucher des thérapies psychocorporelles

Dans ces thérapies psychocorporelles, le toucher est important. D’ailleurs, il est aujourd’hui connu que le toucher a des effets thérapeutiques. La personne ressent son corps ; elle se sent plus présente dans son corps. C’est la raison pour laquelle on parle d’un toucher « réparateur et libérateur ».

Ainsi, la réussite des thérapies psychocorporelles relève d’une alliance entre :

  • l’accompagnement psychologique,
  • le toucher, relié au corps
  • un travail de libération émotionnelle.

 

Le Reiki : comment se définit cette thérapie psychocorporelle ?

Pour le Reiki, et plus spécifiquement la Reikiologie, qui est la seule forme professionnelle reconnue du Reiki, nous modulons ce postulat. Déjà, nous ne sommes pas là pour traiter les traumatismes. Nous laissons cela à des approches cognitivo-comportementales.

Mais nous allons en amont, c’est-à-dire que nous nous occupons des causes qui déclenchent ces effets. Ainsi, quand la cause disparaît, l’effet cesse.

Les expressions de notre mal-être

Bien sûr, le corps exprime des formes de mal-être. Ce sont justement les diverses formes de mal-être que nous étudions dans notre formation de thérapie psychocorporelle :

  • les boules d’angoisse, par exemple, que l’on ressent au ventre. Mais aussi à la poitrine, à la gorge et parfois même sur une surface allant du bas-ventre à la gorge ! (cf. lutter contre l’angoisse)
  • ou encore les maux de tête, dont l’origine n’est pas médicale
  • ou encore la somatisation comme des douleurs sans explication médicale
  • et qui n’a pas déjà ressenti des piques de stress, comme une sensation d’aiguille plantée subitement quelque part dans le corps ?

L’étude de ces phénomènes dans notre formation de praticien en Reiki porte sur :

  • leur naissance,
  • ainsi que sur l’explication des mécanismes à l’origine de ces expressions de mal-être,
  • et enfin sur les moyens à utiliser pour arrêter durablement ces mécanismes.

La phénoménologie comme démonstration scientifique de la conscience

En revanche, nous ne partons pas du postulat que les traumatismes présents dans la mémoire corporelle sont à l’origine du mal-être.

En effet, nous nous basons sur la phénoménologie de l’Abhidharma, qui est l’explication scientifique du fonctionnement de l’esprit humain. La phénoménologie de l’Abhidharma est bien connue dans les enseignements des maîtres de méditation tibétains, mais peu utilisée en Occident comme approche psychologique. Pourtant, elle a fait ses preuves depuis des millénaires. C’est l’analyse supérieure des phénomènes de l’esprit, avec une approche de vérification scientifique. Plus d’informations sur notre page traitant de cette science de l’esprit.

Pour rester simple, il faut comprendre que le corps est un révélateur de la présence d’un mal-être. Mais que bien que ce mal-être soit vécu et ressenti au niveau du corps, il se forme dans la conscience. Et comme le corps et l’esprit ne font qu’un, le mal-être de l’un a des effets sur l’autre. Cela peut durer longtemps ! On comprend alors l’intérêt d’une approche globale, du corps et du psychologique.

 

Les éléments de la thérapie psychocorporelle du Reiki

Le Reiki, méthode de relation d’aide, se centre sur l’union du corps et de l’esprit pour libérer les blocages logés dans la conscience et prenant forme jusque dans le corps. Ainsi, notre corps est le point de départ du travail de nos praticiens professionnels, et de l’accompagnement de la personne mis en place en cabinet.

Les outils de travail du praticien de Reiki

Pour ce faire, nous utilisons dans notre formation de thérapie psychocorporelle :

  • une méditation de libération pour les mécanismes perturbateurs et leurs blocages psychologiques ;
  • des mains posées sur des points spécifiques pour le corps, en lien avec notre circuit énergétique. D’où, aussi, l’appellation possible de thérapie énergétique pour le reiki ;
  • avec un toucher spécifique, fixe et léger, aussi pour le corps. Nous l’avons nommé toucher méditatif thérapeutique ;
  • et des entretiens basés sur la psychologie pour accompagner la libération de la parole de la personne.

Le cadre psychologique du Reiki

S’il fallait ramener la démarche du Reiki à un cadre psychologique, c’est celui de la psychologie transpersonnelle. Celle-ci fut insufflée par la psychologie humaniste, encore appelée mouvement des potentiels humains.

D’ailleurs, les thérapies psychocorporelles s’inspirent de l’approche humaniste, dont Abraham Maslow était le principal représentant.

 

Formation de thérapie psychocorporelle : un diplôme européen avec l’Institut de Reiki

Une formation continue avec 2 cursus

L’Institut de Reiki, né en janvier 2000, propose une formation de thérapie psychocorporelle professionnelle, avec plusieurs niveaux.

Le premier niveau est praticien de Reiki. Il s’agit d’un cursus avec des connaissances générales.

Le deuxième niveau de la formation de thérapie psychocorporelle est maître praticien de Reiki. Ce cursus s’appuie sur les connaissances générales précédentes pour développer une spécialisation.

Un diplôme européen pour une valeur internationale

La sanction de la formation du premier niveau se solde avec un Bachelor Européen en Reikiologie, BAC+3.

Ce diplôme est délivré, via l’Institut de Reiki, par la Fédération Européenne des Ecoles, la FEDE.

La FEDE est une OING membre de l’IACBE, un organisme américain d’accréditation dans le monde entier, avec un label qualité.

Le système de reconnaissance des diplômes est basé sur l’ECTS. Il s’agit d’un système intra-européen permettant de valider un cursus d’enseignement supérieur, pour des équivalences avec d’autres cursus d’enseignement supérieur.

 

En savoir plus :

Pour la formation de thérapie psychocorporelle de 34 jours :

catalogue formation reiki

Pour une introduction à la formation de thérapie psychocorporelle, une journée découverte :

 

Laissez un avis

requis

  • FEDE
  • Qualification des services intellectuels OPQF
  • Fédération de la formation professionnelle
  • Fédération Française de Reiki Traditionnel

Institut de Reiki - Formation professionnelle diplômante en Reikiologie®