Les méthodes de bien-être font partie des pratiques non conventionnelles, c’est-à-dire non encadrées par l’Etat. De fait, chacun affirme ce qu’il veut sur sa méthode. Et ce, sans vérification possible pour le grand public sur la réalité des promesses. A une époque où beaucoup cherchent un apaisement face à l’incertitude de l’avenir, ils se tournent vers ces méthodes qui apaisent corps et esprit. De fait, la perspective d’un business florissant incite beaucoup à vendre un eldorado, au détriment de l’éthique naturelle humaine. Alors, quelle éthique dans la santé pour les pratiques non conventionnelles ? Nous nous pencherons uniquement sur notre domaine : les méthodes non conventionnelles, de bien-être naturel.

 

Classification pour la santé humaine

Les 2 grands domaines de la santé

L’Organisation Mondiale de la Santé classifie la santé humaine en 2 volets :

  • La dimension médicale,
  • La dimension non médicale.

Le volet médical inclut les pratiques de soins, de traitement de symptômes et des maladies. Ce sont la médecine conventionnelle, ainsi que la médecine non conventionnelle.

La dimension non médicale relève des pratiques de bien-être. Celles-ci mènent à l’épanouissement personnel ou à la réalisation de soi. Néanmoins, elles passent aussi par l’arrêt de la détresse psychologique réactionnelle (émotionnelle). Un rapport public français de 2009 explique bien cela et reprend la classification de l’OMS. Il est en libre téléchargement sur le site de la documentation française.

Cependant, ce rapport de qualité ne sensibilise pas sur la nécessité de l’éthique dans la santé. L’on assiste aussi à la démarche inverse, malheureusement. En effet, certaines autorités dénoncent toutes les pratiques hors médecine conventionnelle pour leur manque d’éthique dans la santé. Pourquoi ne pas faire le tri pour garder ce qui fonctionne et est sain, et exclure le reste ?

La demande en santé non médicale en hausse

Aujourd’hui, 60% de la population française est à la recherche d’une solution pour apaiser le corps et le mental.

  • Se sentir mal dans sa peau,
  • avoir de l’anxiété face à l’avenir,
  • chercher le sens de sa vie,
  • et donc chercher du bien-être,

ne relèvent pas de la maladie. Et donc ne peuvent pas être traités via la médecine conventionnelle. C’est la raison pour laquelle ces 60% se tournent vers le domaine non conventionnel.

 

Les dérives dans la santé

Face aux maux exposés, certaines pratiques de santé proposent des substitutions à la médecine conventionnelle. Ce sont aussi bien des médecines douces ou non conventionnelles, que des méthodes de bien-être. De plus, certaines engendrent des dérives thérapeutiques importantes. A quoi est dû ce manque d’éthique dans la santé ?

L’origine des dérives dans la santé

Comment comprenons-nous l’origine de ces abus ?

Force est de constater qu’aucun cadre n’est défini pour ces méthodes de bien-être global, du mental et du physique.

Pire, à bien le lire, le code de la santé publique ne définit que l’encadrement médical pour ce qui relève de la santé. En effet, la France reconnaît l’existence de la médecine, mais ne confère aucun espace, officiellement, au bien-être. Y compris pour ce qui relève de la prévention de la santé. De fait, les autorités classent le cadre non médical, ou bien-être, de force dans la case des médecines – douces, alternatives, non conventionnelles.

Etant donné que la population réclame grandement ces pratiques, une économie s’est naturellement développée autour du bien-être. Relevant de la santé, les mutuelles et les assurances en sont aussi acteurs. Mais sans case prévue à cet effet, elles ne peuvent que classer les professionnels de la santé non médicale dans la case des médecines non conventionnelles.

Il n’est donc pas surprenant que certains se prennent pour des médecins et se livrent à de telles dérives. Loin de toute éthique dans la santé.

Une demande restée sans réponse

Pourtant, dès 2011, la Fédération Française de Reiki Traditionnel adressait au Ministère de la Santé une demande (communiqué de presse). En effet, celui-ci avait lancé un appel sur son site internet pour répertorier les pratiques non conventionnelles. A travers notre fédération, Christian Mortier et moi-même, Estelle Ivanez, souhaitions sensibiliser les autorités sur la nécessité de définir, pour le non conventionnel, une case médicale et une case non médicale. Nous ajoutions que notre pratique, le Reiki, souvent sujette à des déviations new age, relevait de la case non médicale, non conventionnelle. Nous souhaitions qu’officiellement, une éthique dans la santé, avec le Reiki, commence à être instaurée. Cette demande est restée sans réponse.

Pourtant, la Miviludes a répertorié plus de 400 pratiques non conventionnelles. On peut même partir du principe, en ajoutant les pratiques non répertoriées, qu’elles s’élèvent certainement à 800.

 

Les enjeux de l’éthique dans la santé

Il y a donc urgence à agir pour l’éthique dans la santé. Non pas en tapant sur toutes les méthodes de bien-être. Cela est malheureusement et souvent le cas. On les met alors toutes dans le même panier, sans chercher à comprendre tenants et aboutissants. Puis on crie haut et fort en agitant le drapeau des dérives sectaires dans la santé. Je constate en cabinet qu’au final, à force de faire peur à tout va, cela fragilise, aux yeux du grand public demandeur de bien-être, la crédibilité de certaines instances représentatives. Mais aussi celle de la médecine conventionnelle !

En effet, le grand public, utilisateur de ces méthodes, sait bien que si certaines sont des arnaques, d’autres sont tout à fait sérieuses et efficaces. Les gens sont loin d’être stupides…

La solution existe pourtant

Il faudrait mener ces pratiques à mettre en place une éthique dans la santé. Pour cela, à leur demander de se structurer, et surtout, de démontrer ce qu’elles prétendent.

Le fondement de la méthode

Cela commence par le fondement de la méthode proposée. Celle-ci doit être basée sur une démarche de démonstration scientifique, et non sur des affirmations invérifiables. Souvent d’ailleurs, c’est plus le placebo que la méthode elle-même qui fonctionne. On le sait bien, le placebo fonctionne si on y croit, et en plus, il n’est pas pérenne. En effet, le placebo ne relève que du conditionnement de la personne qui croie à la méthode. Si la personne n’y croit plus, la méthode ne fonctionne plus !

Formation professionnelle

Cela continue avec les cursus de formation. En effet, ces cursus doivent présenter des référentiels de compétences métier vérifiés. Mais aussi prouver que les personnes issues de ces écoles sortent avec un vrai métier.

Ensuite, il faut protéger la délivrance des titres. Car dans le non conventionnel, et contrairement aux médecins, par exemple, chacun est libre de mettre sa plaque :

  • sans jamais avoir suivi ledit cursus
  • en ayant suivi une partie du cursus, sans le terminer
  • ou en ayant terminé le cursus, sans se faire sanctionner sur ses connaissances.

Suivi des professionnels en exercice

Puis cela finit avec le suivi des professionnels, qui doit donner un cadre d’éthique dans la santé non médicale. En effet, même une fois certifiés, ceux-ci devraient pouvoir se placer sous la formation continue. Or, il n’en est rien. En effet, beaucoup courent après leur certificat ou diplôme. Puis, une fois celui-ci en poche, oublient tous les protocoles et les gestes appris.

Comme lorsqu’on respecte bien le feu orange le jour où l’on passe le permis de conduire, devant l’examinateur. Puis une fois le permis en poche et que l’on est devenu maître au volant, on oublie toutes les règles de précaution apprises…

Le non conventionnel ne prévoit aucun suivi des professionnels à leur compte. Cela permet ces attitudes irresponsables. En un mot, il suffit d’un bout de papier pour que beaucoup se la pètent et se croient arrivés, au lieu de se dire que c’est maintenant, que l’on est lâché sur le terrain, que tout commence vraiment et qu’il rester vigilant. Car lorsque l’on propose des prestations, on est responsable de ce que l’on déclenche chez l’autre. Plus qu’une éthique dans la santé, c’est une éthique naturelle humaine, avec le respect de l’autre qui n’est pas un joujou que l’on peut casser, en jouant à l’apprenti sorcier.

Finalement, chacun doit avoir une démarche altruiste et proposer sa pratique avec la compréhension que nul ne peut tout savoir. Surtout lorsque l’on sait que la science humaine n’a eu de cesse d’évoluer depuis ses débuts ! Et qu’il vaut mieux accepter de se placer dans un process d’amélioration continue et d’évaluation continue. Tel un organisme certificateur, qui sert de garde-fou.

Une solution éthique dans la santé déjà testée

C’est ce que l’Institut de Reiki et la Fédération Française de Reiki Traditionnel ont mis en place :

  • Une pratique, la Reikiologie, soumise à l’étude clinique d’un laboratoire. Il a ainsi pu être vérifié que les effets annoncés étaient une réalité, et non de la publicité mensongère,
  • un organisme de formation, avec une qualification professionnelle validée, permettant de former de vrais professionnels, les futurs Reikiologues
  • une reconnaissance européenne avec l’accréditation de la Fédération Européenne des Ecoles pour la délivrance d’un vrai diplôme
  • et une certification de personne, menée par l’organisme indépendant européen DEKRA Certification. Celui-ci valide la pratique de terrain des Reikiologues et leur maintien en évaluation continue tout au long de leur carrière.

 

A suivre : Dérives thérapeutiques dans le Reiki et le bien-être

 

 

 

Laissez un avis

requis

  • FEDE
  • Qualification des services intellectuels OPQF
  • Fédération de la formation professionnelle
  • Fédération Française de Reiki Traditionnel
  • SYNDICAT DU REIKI

Institut de Reiki - Formation professionnelle diplômante en Reikiologie®

Nous souhaitons vous notifier de la parution
de nos nouveaux articles.
Il vous suffit de nous donner votre accord via ce formulaire.
Restez informé
Essayez, vous pourrez vous désinscrire à tout moment.
close-link
Lecteurs de Femme Actuelle : nos praticiens diplômés
Annuaire Reiki

Abonnement

Restez informés des derniers articles
Valider