Aujourd’hui, le Reiki est synonyme de pratique de manipulation mentale. Certaines personnes dénoncent les dangers du Reiki. En effet, elles parlent de dérives thérapeutiques dans le domaine de la santé. Il est aussi catalogué comme dérive sectaire car des usagers ont été victimes de praticiens peu scrupuleux. Mais comme dans tous les métiers ! Même les métiers ayant pignon sur rue voient leurs acteurs détourner la loi.

Cela n’empêche donc pas qu’il y ait des intervenants sérieux dans le Reiki. Voilà pourquoi, en parallèle, des centaines de personnes voient le reiki comme moyen efficace de prévention de la santé. Et vantent les bienfaits du Reiki, aussi bien sur le plan physique que psychique.

Une page pour comprendre qui fait quoi, ce qu’il faut éviter et ce qu’il faut retenir.

 

Les origines du Reiki

Le fondateur Mikao Usui

Le japonais Mikao USUI était un bouddhiste pratiquant et chercheur. Il consacra toute sa vie à mettre au point une pratique « pour rendre l’esprit heureux ». A notre époque, on parlerait plutôt d’être bien dans sa peau. Ce japonais souhaitait une approche universelle, transculturelle, et accessible à tous.

Ainsi, il utilisa ses recherches méditatives et fonda le Reiki en 1922. Cette pratique permet de transformer durablement son mal-être en mieux-vivre. Pour cela, il faut aller chercher en soi ses potentiels naturels, les développer et les pérenniser. C’est le principe de la relaxation méditative par le toucher, qui est une thérapie spirituelle.

Il est à noter que la pratique s’appelle Reiki. Car ce kanji japonais signifie : la force de l’esprit (traduction littérale : énergie de l’esprit).

Le décès subit de Mikao Usui

Mikao Usui décéda 4 ans plus tard, à 62 ans. De fait, il n’a pas eu le temps de développer, consigner et transmettre sa pratique, comme Freud a pu le faire durant toute sa carrière.

Cela signifie aussi qu’il n’a pas pu former des praticiens ou des enseignants de Reiki en si peu de temps. D’autant que ses élèves n’avaient pas de connaissance sur la méditation et qu’il leur fallait déjà acquérir ces bases.

A son décès, Usui laissait de rares écrits, descriptifs de quelques techniques.

A ce stade, il n’y avait aucune manipulation mentale, car le fondateur était garant du respect de sa propre pratique.

 

Après le décès d’Usui : croyances et manipulation mentale du Reiki

Aujourd’hui, des écrits prouvent qu’au décès d’Usui, deux personnes profitèrent de son travail inachevé pour le déformer.

En effet, elles ont transformé le Reiki d’Usui en méthode magique. Evidemment, depuis cette date, chacun y va de ses croyances, de son interprétation et de ses capacités de suggestion. Ainsi, chacun fait adhérer les personnes qu’il forme à sa vision de ce que doit être le Reiki, basée sur des fantasmes personnels. Ici commence, par définition, la manipulation mentale.

Chujiro Hayashi : le premier déviateur suicidaire

D’abord, le japonais Hayashi déforma le Reiki dès 1926. Ce médecin japonais dans la marine a supprimé la méditation du Reiki. Il a établi des planches du corps humain pour poser les mains sur des organes afin de soigner les gens. En un mot, il a transformé l’approche de bien-être, non médicale du reiki, en méthode de soin.

C’est donc un docteur japonais qui a inventé une pratique médicale, qu’il a nommé reiki alors que cela n’en était pas, et est à l’origine des dérives de la santé dans le Reiki. Il faut toutefois savoir que Hayashi se suicida à 62 ans, devant ses élèves de reiki…

Certaines personnes revisitent ce suicide pour faire croire que Hayashi s’est suicidé par honneur (1). Evidemment, ils émanent de la lignée usui – hayashi – takata, qui est une . Ces déviations dans le Reiki ont d’ailleurs été dénoncées dans le sulfureux reportage de M6, Enquête exclusive, du 10 mai 2009 : « Chamans, gourous : nouveaux sorciers, nouveaux dangers », où Nita Mocanu est nommé le « pape du Reiki » par la journaliste.

Sans aller plus loin, on peut d’ailleurs se poser une question. Depuis quand une personne qui est bien dans sa tête se suicide-t-elle ?

Hawayo Takata : la deuxième déviatrice affabulatrice

A compter de 1935 s’ajouta une deuxième personne : Takata. Elle colporta le caractère magique de guérison médicale. Et parla de la transmission d’une énergie de guérison, pompée dans le cosmos et canalisée dans la personne pour la guérir. Evidemment, il fallait acheter ce don au haut prix, et elle établit un système d’initiation reiki très lucratif.

Originaire d’Hawaï, Takata prétendait parler aux fantômes. Elle partit au Japon se former à la pratique d’Hayashi. Puis elle revient en Occident en amplifiant le caractère magique du Reiki. Elle transforma aussi la traduction en ʺénergie universelle de vieʺ.

Avec Takata, désormais, le Reiki ressuscitait les morts. Mais aussi il guérissait les cancers, les ulcères, les accidents… D’ailleurs, le livre de Fran Brown, la meilleure amie de Takata, raconte tout cela. Et même les soucis de Takata avec la police, en raison de l’argent qu’elle prenait pour guérir les gens. Il est difficile de ne pas penser à la manipulation mentale.

Ainsi, dès le décès d’Usui en 1926, des déviations du sens d’origine remplacèrent la pratique sérieuse du Reiki. Durant des décennies, elle se colporta ainsi comme pratique magico-mystique, s’appuyant sur l’effet placebo.

(1) « Apparemment, il n’a jamais fait d’espionnage, mais si ce soupçon planait sur lui, il devait sauver son honneur. Et la seule façon pour les militaires Japonais de le faire était de se suicider. II s’est donc suicidé et, grâce à cela, il a été enterré avec tous les honneurs dus à un officier de marine ; en même temps, l’honneur de sa femme et de sa famille a également été sauvé. » (voir la version entièrement revisitée permettant de cautionner les dérives d’Hayashi et de Takata)

 

Le Reiki professionnel certifié : la Reikiologie

Remise en route du Reiki en France

Sous la forme respectueuse de la démarche d’origine, et loin de toute manipulation mentale, le Reiki est une relaxation méditative par le toucher. L’union de la méditation, du circuit énergétique et de son toucher relaxant lui confère une efficacité remarquable. En France, Christian Mortier s’appuya sur ses propres connaissances de psychanalyste, de spécialiste de l’accompagnement thérapeutique et de pratiquant de la méditation tibétaine depuis 20 ans, pour remettre la pratique en route. Il s’aida, bien évidemment, des rares écrits d’Usui.

Il la dispensa de façon empirique sur des centaines de personnes de 1991 à 2000. Afin d’avoir une approche de vérification, et donc de connaissance, et non de croyance.

Il comprit alors que le Reiki, était loin d’être une pratique magique pouvant dévier sur la manipulation mentale. Mais que bien au contraire, elle relève d’une véritable éthique dans la santé.

En simple, le Reiki est une thérapie psychocorporelle, pour accompagner, favoriser et faciliter l’émergence du mieux-être de chacun. Cela est possible car chaque être possède au fond de lui des potentiels et ressources naturelles. Il s’agit donc de lui donner accès à ceux-ci, lors du déroulement d’une séance de reiki.

Un encadrement professionnel sécurisé pour tous

Aujourd’hui, le Reiki se présente majoritairement, hélas, sous sa forme déviée. Mais tous ne font pas partie de ce milieu.

Certains acteurs ont souhaité mettre à disposition une approche transparente et respectueuse de celle d’origine et de sécuriser le parcours des futurs praticiens professionnels de Reiki. Cette approche s’appelle la Reikiologie et repose sur la :

  • connaissance : pourquoi cette pratique Reiki fonctionne-t-elle ? comment fonctionne-t-elle ? Les explications reposent sur la phénoménologie, les neurosciences, les sciences cognitives. L’Institut de Reiki dispense le cursus de formation sur cette science de l’être humain
  • vérification : quels en sont les effets du Reiki ? Comment les vérifier ? Quelles sont les indications du Reiki ? La Reikiologie a des effets antistress cliniquement prouvés
  • transmission fidèle du Reiki : l’Institut de Reiki est un organisme s’inscrivant dans un process de certification : ISQ-OPQF, accréditation FEDE
  • éthique d’exercice : dans quel cadre exercer ? avec quelle transparence ? quels sont le sens et la plus-value de l’accompagnement de la personne par le Reiki ? DEKRA Certification accrédite les Reikiologues et les maintient en supervision continue.

 

Télécharger le communiqué de presse : 2014-03-20-Le-Reiki-manipulation-ou-pratique-exceptionnelle

 

Laissez un avis

requis

  • FEDE
  • Qualification des services intellectuels OPQF
  • Fédération de la formation professionnelle
  • Fédération Française de Reiki Traditionnel

Institut de Reiki - Formation professionnelle diplômante en Reikiologie®

Nous souhaitons vous notifier de la parution
de nos nouveaux articles.
Il vous suffit de nous donner votre accord via ce formulaire.
Restez informé
Essayez, vous pourrez vous désinscrire à tout moment.
close-link

Abonnement

Restez informés des derniers articles
Valider