Aujourd’hui, le Reiki reste une véritable énigme : il est associé à une manipulation mentale générant des dangers pour la personne qui en fait ou à qui l’on en fait. Il est jusqu’à être qualifié de sectaire car des personnes de bonne foi sont victimes de praticiens peu scrupuleux.

Parallèlement, des centaines de personnes affirment que cette pratique a amélioré leur vie, aussi bien sur le plan physique que psychique, et recommandent cette méthode ou en parlent avec engouement.

Comment cette pratique peut-elle être autant encensée et décriée à la fois ? Pourquoi et comment cette pratique fonctionne-t-elle ?

Les origines du Reiki : une pratique de bien-être durable, laissée embryonnaire

Le japonais Mikao USUI, bouddhiste pratiquant et chercheur, consacra toute sa vie à mettre au point une pratique ʺpour rendre l’esprit heureuxʺ avec une approche universelle, transculturelle, qui pourrait se dispenser simplement et être accessible à tous. Il utilisa ses recherches méditatives et fonda le Reiki en 1922, pratique de connaissances pour apprendre à transformer durablement son mal-être en mieux-vivre,  basée sur l’apprentissage d’aller chercher en soi ses potentiels naturels, de les développer et les pérenniser. C’est la raison pour laquelle la pratique s’appelle Reiki – ce kanji japonais signifiant : la force de l’esprit (traduction littérale : énergie de l’esprit)

Mikao Usui décéda 4 ans plus tard, à 62 ans, sans avoir eu le temps, en tant que fondateur d’une pratique, de comprendre et répertorier tous les liens entre sa technique et les résultats obtenus sur les personnes. Il put encore moins mettre en place un enseignement sur la formation de praticiens ou d’enseignants de Reiki. A son décès, il laissait de rares écrits, descriptifs de quelques techniques.

A ce stade, il n’y avait aucune manipulation mentale ou déviation de la pratique, car le fondateur était garant du respect de son origine.

Quand les croyances prennent le relais et dévient le Reiki… jusqu’à des formes de manipulation mentale

Aujourd’hui, des écrits montrent qu’à la mort de Mikao Usui, deux personnes profitèrent de cette absence d’écrits du fondateur pour transformer le Reiki d’origine en méthode magique. Comme toute méthode basée sur la croyance, chacun y va de son interprétation et de ses capacités de suggestion pour que les autres adhèrent à sa vision ou à sa façon de faire. Ici commence, par définition, la manipulation mentale.

Qui étaient ces deux personnes ? D’abord Hayashi, déformant le Reiki dès 1926 : ce capitaine de vaisseau japonais, et médecin, en fit une pratique magique de guérison médicale basée sur la transmission d’une énergie de guérison, récupérée dans le cosmos et donnée à la personne à travers un système d’initiations très lucratif. Il se suicida à 62 ans, devant ses élèves de reiki… Certains défendeurs de cette « lignée » de formation dont ils sont issus (fausse lignée Hayashi – Takata), comme Nita Mocanu, nommé le « pape du Reiki » dans le sulfureux reportage de M6, Enquête exclusive, du 10 mai 2009 : « Chamans, gourous : nouveaux sorciers, nouveaux dangers », revisitent l’histoire du reiki et indiquent que Hayashi s’est suicidé par honneur (1)… Depuis quand une personne qui va bien dans sa tête se suicide-t-elle ? Cela n’a jamais été prôné par le fondateur, issu de la tradition méditative, dont le sens est d’aimer la vie et de s’unir avec elle, et certainement pas de s’en séparer.

A compter de 1935 s’ajouta une deuxième personne : Takata. Originaire d’Hawaï, elle parlait aux fantômes. Elle partit au Japon se former à la pratique d’Hayashi et revint en Occident en amplifiant le caractère magique du Reiki et transforma la traduction en ʺénergie universelle de vieʺ. Désormais, le Reiki ressuscitait les morts, guérissait les cancers, les ulcères, les accidents… Le livre de Fran Brown, la meilleure amie de Takata, raconte comment Takata, de retour dans son pays et dispensant sa pratique magique de guérison à tout va, en compensation de beaucoup d’argent, a eu des soucis avec la police. Il est difficile de ne pas penser à la manipulation mentale.

Ainsi, dès le décès d’Usui en 1926, la pratique du Reiki, basée sur une démarche de connaissances de l’être humain et de vérification, fut remplacée par des pratiques personnelles et déviatrices de son sens d’origine. Durant des décennies, elle fut ainsi colportée, comme pratique magico-mystique, s’appuyant sur l’effet placebo généré chez les personnes qui croyaient en de telles possibilités magiques.

(1) « Apparemment, il n’a jamais fait d’espionnage, mais si ce soupçon planait sur lui, il devait sauver son honneur. Et la seule façon pour les militaires Japonais de le faire était de se suicider. II s’est donc suicidé et, grâce à cela, il a été enterré avec tous les honneurs dus à un officier de marine ; en même temps, l’honneur de sa femme et de sa famille a également été sauvé. » (voir la version entièrement revisitée permettant de cautionner les dérives d’Hayashi et de Takata)

Le Reiki non dévié, une pratique exceptionnelle : celle du bien-être progressif et durable

Le Reiki Traditionnel, pratique d’union de la relaxation et de la méditation par le toucher (toucher fixe et léger et méditation laïque), fut remis en route à partir des rares écrits de Mikao Usui par Christian Mortier, un Français qui s’appuya sur ses propres connaissances de psychanalyste, de spécialiste de l’accompagnement thérapeutique et de pratiquant de la méditation tibétaine depuis 20 ans. Il la dispensa de façon empirique sur des centaines de personnes de 1991 à 2000. Il comprit alors que le Reiki, loin d’être une pratique magique pouvant dévier sur la manipulation mentale, était tout simplement une pratique d’accompagnement qui favorise et facilite l’émergence du mieux-être de chacun, mettant en résonance et éveillant les potentiels humains que chaque être possède au fond de lui. Dans cette mise en place d’une nouvelle architecture intérieure, la vision duelle intérieure s’efface progressivement, une plus grande sérénité face aux situations de la vie est ressentie. Ainsi, cette vision d’approche plus profonde et moins duelle permet à chacun de trouver ses solutions.

La nécessité d’un encadrement professionnel pour le Reiki

Aujourd’hui, le Reiki est majoritairement pratiqué, hélas, sous sa forme déviée. Beaucoup dénoncent la manipulation mentale exercée dans ces déviations (Unadfi, Miviludes, etc.)

Cependant, on peut le trouver sous sa forme traditionnelle (Reiki Traditionnel) dans le respect de son origine : utiliser les connaissances du fonctionnement de notre esprit-conscience pour aller chercher en soi ses potentiels naturels solutionnants. Mais pour dispenser à titre professionnel une pratique touchant à l’être humain, il faut pouvoir répondre aux points suivants :

  • la connaissance : Pourquoi cette pratique Reiki fonctionne-t-elle ? Comment fonctionne-t-elle ?
  • la vérification : Quels en sont les effets du Reiki ? Comment les vérifier ? Quelles sont les indications du Reiki ?
  • la transmission du Reiki : Comment transmettre ces connaissances ? Quelle pédagogie ? Comment se former au reiki et quelle formation proposer ?
  • l’éthique : Dans quel cadre exercer ? Avec quelle transparence ? Y-a-t-il des contre-indications à la pratique du Reiki ? Quels sont le sens et la plus-value de l’accompagnement de la personne par le Reiki ?

C’est ce que détermine le Reikibunseki®, référentiel de compétences métier. Ce référentiel métier est appliqué aux cursus de l’Institut de Reiki, organisme de formation professionnelle qualifié ISQ-OPQF (qualificateur indépendant reconnu par l’Etat), membre de la Fédération de la Formation Professionnelle. Le Reikibunseki® est aussi une marque distinctive du Reiki Professionnel. Il est utilisé par tous les praticiens professionnels qualifiés, regroupés au sein de la Fédération Française de Reiki Traditionnel, certifiée ISO 9001, membre de la Chambre Nationale des Professions Libérales.

Depuis fin 2013, le terme Reikibunseki® apparaît sous la traduction française REIKIOLOGIE®. La Reikiologie® signifie : l’étude de la force de l’esprit. Elle est une pratique professionnelle d’accompagnement de la personne et de relation d’aide par le toucher méditatif du Reiki Traditionnel, et l’écoute attentive et non directive. Cette thérapie de relaxation méditative unique est centrée sur le bien-être global progressif et durable de la personne.

Télécharger le communiqué de presse correspondant :

2014-03-20-Le-Reiki-manipulation-ou-pratique-exceptionnelle

 

Laissez un avis

requis

  • FEDE
  • Qualification des services intellectuels OPQF
  • Fédération de la formation professionnelle
  • Fédération Française de Reiki Traditionnel
  • SYNDICAT DU REIKI

Institut de Reiki - Formation professionnelle diplômante en Reikiologie®

Nous souhaitons vous notifier de la parution
de nos nouveaux articles.
Il vous suffit de nous donner votre accord via ce formulaire.
Restez informé
Essayez, vous pourrez vous désinscrire à tout moment.
close-link

Abonnement

Restez informés des derniers articles
Valider