Pour pouvoir suivre notre formation, il est utile de connaître l’histoire du Reiki, de son origine à sa forme à l’Institut de Reiki, et ne pas faire d’amalgames avec des pratiques qui n’ont rien à voir avec le Reiki, malgré leur appellation.

Un fondateur nommé Mikao Usui

Le fondateur du Reiki s’appelle Mikao Usui (1865 – 1926).

C’était un méditant japonais.

Il a médité dès son plus jeune âge dans différentes pratiques d’approche bouddhiste, et durant de nombreuses années.

Après de longues recherches méditatives et de connaissance thérapeutique, il créa en 1922 une synthèse des connaissances accumulées et expérimentées, qu’il appella Reiki.

Le sens du Reiki

L’histoire du Reiki repose sur le souhait de Mikao USUI d’avoir une approche universelle et transculturelle, simple et accessible à tous.

Sa démarche était ontologique, globale et atypique : l’exercice du Reiki n’était pas centré sur une croyance, mais sur l’être humain lui-même et la connaissance de son fonctionnement.

Recherche d’une pratique de bien-être avec une approche laïque bouddhiste

Expliquant le sens du Reiki, Mikao Usui parlait de pratiques méditatives permettant la « guérison de l’esprit« .

Pour les méditants, la guérison de l’esprit ne relève pas du domaine médical, qui traite de la guérison des symptômes. La guérison de l’esprit relève du domaine spirituel, qui consiste à faire cesser son mal de vivre (souffrance naturelle) pour donner un sens à sa vie.

Selon la tradition méditative de Mikao Usui, la souffrance naturelle empêche la personne de se réaliser dans sa vie. Le bonheur étant l’absence de souffrance, pour être durablement heureux, il faut apprendre à discipliner son esprit pour arrêter sa souffrance et les mécanismes qui l’engendrent.

Le Reiki est donc l’union de la relaxation et de la méditation par le toucher, pour permettre à toute personne (élevée dans la culture bouddhiste ou non bouddhiste) d’accéder à son bien-être durable et parfait, sans devoir pour cela entrer dans un temple et y méditer durant des années, comme il avait dû le faire.

Tel était le sens de la pratique d’origine, et l’histoire du Reiki de Mikao Usui.

Le devenir du Reiki : évolution et déviations

Quand on se penche sur l’histoire du Reiki, cette pratique ontologique basée sur la connaissance de l’être humain s’est vite transformée en pratique de croyance, avec des affirmations invérifiables et hors science, et a sombré dans le New Age ou dans des techniques magiques.

En effet, après le décès d’Usui, de nombreuses personnes s’emparèrent de sa pratique et profitèrent de l’absence d’écrits du fondateur pour dénaturer le Reiki.

Les positions des mains sur le corps et la nature du toucher ont été déformées, et le travail intérieur de méditation a entièrement disparu. Ce travail intérieur a été remplacé par une croyance en une énergie universelle de guérison qu’il faut aller chercher dans l’univers pour la canaliser chez la personne, à travers un système de rituels initiatiques, les initiations reiki, permettant d’accéder à ce pouvoir suprême de guérison. L’Institut de Reiki ne reconnaît aucune de ces pratiques, qui ne sont pas du reiki.

L’histoire du Reiki s’est arrêtée au décès de Mikao Usui. Du moins le Reiki d’Usui, tel qu’enseigné à l’origine, n’existe plus. Personne ne peut s’en revendiquer.

L’Institut de Reiki s’est positionné très rapidement en développant une méthodologie du Reiki, avec pour base les seules sources fiables concernant la vie du fondateur et son héritage. Il a aidé à définir comment repérer les dérives du Reiki et met régulièrement en garde contre les dangers du Reiki perverti.

Son engagement et son positionnement ont permis la reconnaissance de son sérieux, dont découlent ses certifications et accréditations.

C’est le seul organisme de formation du Reiki en France, dans ce cas.

De plus amples informations sont disponibles :