Cet article explique comment il est possible de passer des méditations du bouddhisme à une méditation laïque, en reposant sur les mêmes bases de connaissance de l’esprit humain et de son fonctionnement.

Bouddhisme et Reiki : une approche commune, une pédagogie différente

L’approche commune aux Reiki et Bouddhisme

Nous avons vu dans l’article précédent le lien entre le Reiki et Bouddhisme : la méthode du Reiki Traditionnel d’Usui est une approche laïque de la compréhension bouddhiste du bonheur durable. En effet, la mise en place des séances de Reiki repose sur la démarche scientifique bouddhiste du fonctionnement de l’esprit humain :

  • D’une part l’existence de souffrance en chacun de nous (les voiles de l’esprit)
  • D’autre part la nature de notre esprit, qui est non souffrance ou bonheur parfait et durable (les sagesses de l’esprit)
  • La possibilité d’arrêter cette souffrance en utilisant nos sagesses de l’esprit
  • Les moyens utilisés pour ce faire – à savoir la méditation.

L’approche pédagogique de ces pratiques

Nous avons également vu précédemment que le Bouddhisme propose de nombreux enseignements ayant la même source, celle dispensée par le Bouddha, mais des pédagogies différentes. Cela permet à chacun de trouver la pratique qui lui convient.

Cependant, il faut rentrer dans un temple pour pratiquer. De plus, l’enseignement bouddhiste profond repose évidemment sur la culture bouddhiste et ses métaphores, ses pratiques méditatives, dont certaines faisant appel à des références religieuses, et parfois même sa langue (récitation de mantras). Il faut donc être d’accord avec cette démarche pour pouvoir devenir heureux durablement, et des formes de méditation laïque ne sont pas proposées pour les personnes n’entrant pas dans ce système.

Le japonais Mikao Usui s’était heurté à ce constat, justement : ses contemporains naissaient shintoïstes (première religion au Japon, centrée sur des dieux extérieurs) et mouraient bouddhistes (pratique spirituelle centrée sur les qualités d’esprit, considérées comme le divin intérieur à chaque être).

Mikao Usui a souhaité développer une pratique du bonheur durable dans le Japon des années 1900, le Reiki, comme alternative laïque aux enseignements et pratiques bouddhistes, utilisant la méditation laïque. Il avait constaté que les pratiquants bouddhistes et les personnes non bouddhistes avaient tous une recherche commune : être heureux durablement dans leur vie et avoir accès à une pratique viable permettant d’atteindre ce but. Avec le Reiki, Mikao Usui rendait le bien-être parfait et durable accessible à ses compatriotes par la mise en œuvre concrète des connaissances du Bouddhisme et de la méditation laïque. En 1922, il fit une synthèse de toutes ses connaissances de méditant, de chercheur et de thérapeute sous la forme d’une pratique, le Reiki, de source bouddhiste – une méthode simple, laïque, agnostique et efficace face au mal de vivre.

Pour rappel sur le parcours personnel de Mikao Usui : le fondateur du Reiki était bouddhiste zen et il méditait depuis son plus jeune âge. Il fréquentait des temples bouddhistes en tant que chercheur : temples Zen, Tendaï, et Shingon. Il fit également des recherches sur les soutras bouddhiques (textes de guérison de la souffrance de l’esprit), sur la médecine et sur la psychologie. Quelques interviews du fondateur citent un entraînement régulier à effectuer pour ceux qui cherchent à s’élever spirituellement (méditation). Le fondateur parlait du Reiki comme pratique de guérison de l’esprit : la guérison de l’esprit est une expression dont la signification est bien connue des pratiquants bouddhistes, car dans leur culture, elle signifie la guérison du mal de vivre. La guérison de l’esprit engendrée par la méditation bouddhiste correspond à la guérison du mal de vivre engendrée par la méditation laïque.

Fondement du Reiki Traditionnel de Mikao Usui (1865 – 1926)

Le Reiki s’appuie sur l’approche bouddhiste de l’esprit, la méditation laïque et le toucher

En 1922, le fondement du Reiki reposait sur :

  • les connaissances de Mikao Usui sur le fonctionnement de l’esprit humain
    = connaissances issues de ses années de méditation laïque et bouddhiste, qu’il enseignait oralement, comme le veulent toutes les traditions orales spirituelles
  • les connaissances de Mikao Usui sur les mécanismes de la souffrance psychique
    = connaissances alimentant l’aspect thérapeutique du Reiki, également délivrées lors de ses enseignements sous forme orale. Il expliquait que la pratique ne consistait non pas à guérir d’une maladie, mais à rendre l’esprit heureux
  • les pratiques manuelles répertoriées en de rares écrits par le fondateur
    = les séances de Reiki, application directe résultant de ces connaissances

L’absence d’enseignements écrits et la disparition du Reiki

Le Bouddha laissa 250 tomes d’enseignement. Il laissa une cartographie précise du fonctionnement de l’esprit et du travail de libération de sa souffrance. Ses enseignements purent être transmis très fidèlement, sans être dénaturés, de génération en génération – grâce au travail sans relâche de grands maîtres, durant des années et sous supervision constante, qui eux aussi atteignirent l’Eveil.

Mikao Usui décéda en 1926 – seulement 4 ans après avoir commencé à développer sa pratique. Il ne laissa que de très rares descriptifs des moyens utilisés dans le Reiki, à savoir les pratiques énergétiques et quelques bribes de méditation laïque.

En revanche, il n’avait consigné nulle part les connaissances thérapeutiques et méditatives ayant servi au développement des pratiques énergétiques et manuelles dans le Reiki. Il n’eut pas le temps nécessaire pour former une relève : ses élèves étaient des officiers de marine et des médecins, et chaque méditant sérieux sait qu’il faut des années et des années de travail acharné de méditation laïque ou pas, pour comprendre la profondeur de l’enseignement d’un maître et pouvoir la retraduire fidèlement. Ce n’était pas le cas des élèves de Mikao Usui, non méditants.

Le japonais Usui n’ayant pas terminé de nomenclaturer sa pratique en 4 ans, la pratique du Reiki d’Usui disparut au décès de son fondateur.

Qu’est-ce qui a été sauvé du Reiki d’Usui ?

Des écrits – sur le mémorial d’Usui, dans un petit livret et dans quelques interviews – dont les descriptifs ne laissent aucun doute sur la source bouddhiste du Reiki :

  • la pratique du Reiki est une pratique d’union de la relaxation et de la méditation par le toucher
    (méditation = source bouddhiste)
  • la pratique du Reiki est l’union de corps énergie esprit
    (= union corps énergie esprit = traditions méditatives du Bouddhisme Vajrayana)
  • la pratique du Reiki est une pratique de ‘guérison de l’esprit’
    (termes bouddhistes pour décrire l’esprit débarrassé de sa souffrance)
  • la pratique du Reiki est en lien avec des symboles de compassion, d’amour inconditionnel et de sagesse
    (qualités d’esprit dans le Bouddhisme)

Restèrent aussi des descriptifs de pratiques manuelles et de quelques techniques énergétiques. Ces descriptifs étaient incomplets.

Mais les connaissances de méditation, proposées sous forme de méditation laïque, et les connaissances thérapeutiques de Mikao Usui avaient disparu avec lui.

Toute remise en route d’une pratique du Reiki, dans le respect de la pratique du fondateur, ne peut se baser que sur ces éléments – tout autre écrit ayant disparu.

Développement du Reiki, méthode laïque du bien-être durable et parfait, en France

Une pratique empirique en cabinet durant 9 ans

Dès 1991, Christian Mortier, le président actuel de la Fédération Française de Reiki Traditionnel, testa les pratiques du Reiki alors existantes, qui se réclamaient toutes d’Usui. Il constata que ces pratiques n’avaient aucun respect pour les textes fondateurs du Reiki : toutes se prétendaient de source de Mikao Usui, mais toutes étaient différentes… De plus, l’approche bouddhiste avait complètement disparu pour faire place au new age : le praticien en Reiki y est un canal de l’énergie universelle qu’il transmet à son patient pour le guérir. Le travail de méditation laïque avait complètement disparu.

Cela constitue une vaste supercherie car Mikao Usui n’a jamais dit ou écrit que le praticien de Reiki devait canaliser une énergie universelle ou toute autre énergie extérieure pour la transmettre à la personne allonger, au lieu de mettre en place une méditation laïque pour la faire entrer en résonance.

Il est aussi à l’inverse de toute éthique de faire croire aux gens que le bonheur pourrait venir de l’extérieur grâce au pouvoir d’un praticien qui se nomme maître de reiki et qui aurait le pouvoir d’insuffler à quelqu’un une énergie pour le guérir, alors qu’un très grand maître comme le Dalaï Lama, même avec toute sa compassion, ne peut pas le faire… Ces pratiques new age sont issues principalement des branches de Hayashi et de Takata ; elles sont aujourd’hui très répandues. Il existe également beaucoup de variantes d’autres origines, ayant rompu avec l’enseignement bouddhiste de la pratique. Toutes ces pratiques ne sont pas du Reiki.

Christian Mortier utilisa son parcours de thérapeute et de méditant, et ses connaissances professionnelles de la relation d’aide et de l’accompagnement pour remettre en route une pratique du Reiki à partir des rares éléments susnommés et certains sur l’origine du Reiki :

  • les connaissances sur le fonctionnement de l’esprit humain
    (méditation laïque exercée par le praticien de Reiki)
  • les connaissances sur les mécanismes de souffrance humaine
    (approche et accompagnement thérapeutique de la souffrance de la personne)
  • les pratiques manuelles
    (positions des mains sur le corps)

Durant 9 ans en cabinet, il délivra des centaines de séances de Reiki et établit une nomenclature de la pratique du Reiki, avec une approche scientifique-empirique basée sur l’observation des résultats des séances et les réactions psychophysiques des personnes. A partir de ces résultats, il développa une partie explicative du fonctionnement du Reiki – celle pour laquelle il n’existait aucun écrit du fondateur ; et créa le centre de formation Institut de Reiki à Paris en janvier 2000.

Une pratique laïque du bien-être durable pour bouddhistes et non bouddhistes

Tout en respectant l’approche originelle du Reiki, Christian Mortier adapta une pédagogie à notre époque contemporaine et occidentale. C’est tout le sens du Reiki à l’Institut de Reiki : quelle que soit la culture de la personne, quelles que soient ses croyances et convictions profondes, cette pratique de méditation par le toucher est une pratique laïque du bien-être durable et parfait car orientée sur une approche scientifique du fonctionnement de notre espritvoir le paragraphe : Bouddhisme, explication scientifique du fonctionnement de l’esprit-conscience de l’être humain.

La pratique s’adresse à la fois :

  • aux pratiquants bouddhistes, qui reconnaîtront les fondements des enseignements qu’ils ont l’habitude de suivre – ici délivrés uniquement sous forme laïque : références culturelles et méditation laïque
  • aux personnes non bouddhistes, souhaitant accéder à la connaissance bouddhiste pour faire un travail les aidant à débarrasser leur esprit de sa souffrance, avec des enseignements laïcs et de la méditation laïque.

Evolution vers un Reiki certifié et reconnu : la Reikiologie®

Christian Mortier développa un référentiel de compétences métier, nomenclaturant :

  • savoir,
  • savoir-faire et
  • savoir-être pour la pratique du Reiki.

Ce référentiel métier consiste en un ensemble :

  • de pratiques d’accompagnement et de relation d’aide
  • et de relaxation méditative par le toucher

Afin de se distinguer des personnes qui dénaturent l’origine du Reiki, ce référentiel métier fut nommé Reikibunseki®. Le Reikibunseki® permet d’apprendre le Reiki pour mener chacun progressivement de son mal-être vers son bien-être parfait et durable, en s’appuyant sur un toucher thérapeutique et la méditation laïque.

Il ne convient non pas d’affirmer que ce que l’on fait est vrai, mais de le faire vérifier par des tiers officiels indépendants, et l’Institut de Reiki, organisme de formation qualifiante en Reiki Traditionnel, et la Fédération Française de Reiki Traditionnel (F.F.R.T.) ont mis à l’épreuve leur pratique de relaxation méditation par le toucher qu’est le Reiki, auprès d’organismes certificateur et qualificateur en France, indépendants (tierce partie) et reconnus par l’Etat.

L’Institut de Reiki a obtenu une qualification professionnelle de formation à des métiers spécifiques, délivrée par un organisme français, l’ISQ-OPQF, organisme qualificateur tierce partie. La F.F.R.T. a obtenu une certification ISO 9001, norme internationale de qualité, délivrée par Dekra Certification, un organisme international de certification tierce partie, d’origine allemande et accrédité en France. Enfin, les praticiens professionnels de la F.F.R.T., répertoriés dans l’annuaire reiki, sont des praticiens certifiés de la méditation par le toucher : l’organisme international indépendant Dekra Certification vérifie et valide les compétences de ces professionnels selon la norme internationale NF EN ISO/CEI 17024 et le référentiel métier Reikibunseki®.

Ces professionnels certifiés s’appellent des Reikiologues®.

La pratique des Reikiologue® est la Reikiologie®.

La Reikiologie® (Reiki professionnel certifié) et son approche bouddhiste et et de méditation laïque

Les fondements d’origine bouddhiste issus du Reiki d’Usui, présents dans la Reikiologie®

Le Reiki de Mikao Usui était basé sur la connaissance bouddhiste du fonctionnement de l’esprit de l’être humain. L’enseignement laïc de la Reikiologie® reposera sur les mêmes mécanismes, avec des termes occidentaux, et les mêmes outils comme la méditation laïque :

  • Reiki d’Usui : pratique d’union de corps énergie esprit
    Reikiologie : on fait un travail sur la globalité de la personne, avec les trois corps de l’être humain (corps, énergie, esprit)
  • Reiki d’Usui : pratique permettant de brûler les voiles de l’esprit par la méditation laïque, qui sont la partie de notre esprit qui va mal
    Reikiologie : on décontracture la partie de souffrance de l’esprit, appelée ego
  • Reiki d’Usui : appel aux qualités d’esprit que sont la compassion, l’amour inconditionnel et la sagesse
    Reikiologie : on développe les potentiels naturels solutionnants formant notre esprit parfait, avec les supports méditatifs correspondants
  • Reiki d’Usui : utilisation de la méditation laïque
    Reikiologie : utilisation de méditation laïque spécifique au référentiel métier Reikibunseki®
  • Reiki d’Usui : guérison du mal de vivre
    Reikiologie : l’approche thérapeutique permet de reconnaître l’expression de la souffrance pour en libérer l’esprit

Francisco Varela, sciences cognitives et Bouddhisme

Francisco Varela (1946 – 2001) est une des figures scientifiques du Bouddhisme. Il a écrit, entre autres, des ouvrages tels que Invitation aux sciences cognitives (1988), Autonomie et connaissance : Essai sur le vivant (1988), L’inscription corporelle de l’esprit, sciences cognitives et expérience humaine (1993), Quel savoir pour l’éthique : Action, Sagesse et Cognition (1996), Dormir, rêver, mourir : explorer la conscience avec le Dalaï-Lama (1998) et a participé au livre de Daniel Goleman, Quand l’esprit dialogue avec le corps : Entretiens avec le dalaï-lama sur la conscience, les émotions et la santé (1998).

Neurobiologiste chilien ayant travaillé avec le grand maître du bouddhisme tibétain Chögyam Trungpa, il était désireux de favoriser les échanges entre le Bouddhisme et les sciences cognitives, dans le cadre d’une vérification scientifique transparente et accessible au plus grand nombre. Francisco Varela mit en place, en 1990, le Mind and Life Institute (1) avec deux autres personnes, Tenzin Gyatso, l’actuel et 14ème Dalaï Lama et R. Adam Engle, avocat et entrepreneur américain.

Les travaux de Francisco Varela ont porté sur la démonstration scientifique du fonctionnement de notre esprit avec les pratiques méditatives, et en particulier, la capacité de notre esprit à s’autoproduire et à s’adapter, en interaction avec son environnement (autopoïèse et enaction).

(1) Mind and Life : organisation à but non lucratif qui cherche à comprendre l’esprit humain et les bénéfices de pratiques méditatives en intégrant les connaissances acquises par tout être humain grâce à la méditation, avec les méthodes et résultats de la recherche scientifique contemporaine.

Les travaux de Francisco Varela comme influence sur la Reikiologie®

Ayant remis en route le Reiki, Christian Mortier constata l’évolution des personnes qui venaient le consulter en cabinet pour des séances de Reiki (Reikibunseki®) : avec certaines positions des mains sur le corps et avec un certain travail de méditation laïque, ces personnes passaient graduellement du mal-être au mieux-être, et ce durablement – arrêtant au fur et à mesure les mécanismes qui les emmenaient dans leur souffrance et développant des potentiels solutionnants leur permettant de trouver du sens à leur vie et de bien vivre les situations pour lesquelles elles étaient venues consulter.

Il se mit à la recherche d’une démarche scientifique validée venant corroborer son constat de l’évolution de l’esprit humain et de ses capacités à s’autoproduire et à s’adapter d’instant présent en instant présent, et trouva la réponse à ses constats dans les travaux de Francisco Varela – dont les livres principaux sont cités ci-dessus.

Que se passe-t-il chez la personne bénéficiant de séances de Reikiologie® ?

La pratique repose sur l’explication que la méditation laïque permet d’unir corps, énergie et esprit dans la présence du temps infini. Ceci libère les crispations de l’esprit – ou voiles de l’esprit, laissant graduellement par le travail de libération des tensions ainsi effectué un esprit dénué de ces voiles ou contractures. La personne se rapproche alors de plus en plus de son absence de souffrance, c’est-à-dire de son bonheur parfait et durable. (extrait du livre de Christian Mortier).

Ainsi, l’explication du fonctionnement de la Reikiologie®, à partir du référentiel de compétences métier Reikibunseki® (marque collective européenne) est basée sur la phénoménologie, l’influence des sciences cognitives de Francisco Varela, les neurosciences et une psychologie reliant le spirituel à la condition humaine.

Quels éléments du Bouddhisme sont utilisés dans la Reikiologie® ?

Pour être plus complets, la démarche entière de la Reikiologie® repose sur les connaissances issues des principes du Bouddhisme :

  • Vérifier et vivre graduellement que notre esprit est absence de souffrance en essence, mais chargé de mécanismes destructeurs générant la souffrance naturelle ou mal-être – ou ego
  • Utiliser la méditation pour atteindre son bien-être durable et parfait qui s’exprime avec nos potentiels naturels solutionnant. Dans la Reikiologie®, la méditation laïque est spécifique car elle permet une transformation directe de la souffrance de la personne en fluidité et dynamique naturelles, laissant émerger les potentiels intrinsèques de la personne.
  • Apprendre comment s’exprime le mal-être dans notre esprit, de ses expressions intérieures diffuses à des expressions très concrètes ; reconnaître les formes évolutives de ce mal-être et comment il génère d’autres souffrances psychologiques jusqu’à la maladie ; apprendre à arrêter le développement de ce mal-être
  • Favoriser l’union corps énergie esprit en utilisant la connaissance de notre circuit énergétique et des souffles internes – avec des points spécifiques du corps

En synthèse, la Reikiologie® est basée sur le fonctionnement de l’esprit tel qu’il est enseigné par le Bouddha. Elle consiste à débloquer puis à utiliser les ressources et les potentiels que l’être humain possède à l’intérieur de lui-même (les qualités de l’esprit ou les sagesses de l’esprit chez les Bouddhistes) et qui sont entravés par la puissance égotique (les voiles de l’esprit chez les Bouddhistes). Les moyens utilisés pour cela sont la méditation laïque, et le toucher thérapeutique.

La Reikiologie®, thérapie du toucher méditatif pour atteindre le bien-être durable

L’aspect thérapeutique de la Reikiologie®

La spécificité de la Reikiologie® est son utilisation de la connaissance bouddhiste sous forme thérapeutique. Cette thérapie est une pratique de relation d’aide et d’accompagnement de la personne où cette dernière trouve sa dimension intérieure et donne du sens à sa vie.

Avec la Reikiologie®, la personne, qu’elle soit bouddhiste ou non bouddhiste, va chercher en elle-même ce qui lui manque pour être heureuse.

La personne vient consulter pour diverses formes de souffrance psychologique qui l’empêchent d’être heureuse : stress, psychosomatique, absence de calme mental, pensées récurrentes et fixantes, déprime (voire dépression), fatigue, anxiété et angoisses, burnout, émotions, vécu douloureux de maladies graves, pertes de repère, chocs de la vie, mal de vivre, questions existentielles… Sachant que toutes ces formes de souffrance peuvent déclencher des maladies si elles ne sont pas stoppées.

Tout en utilisant les mécanismes de l’esprit décrits dans le Bouddhisme pour accéder à son mieux-être durable, la Reikiologie® utilise des techniques d’accompagnement propres à la thérapie :

  • travail de transformation de la souffrance de la personne
  • démarche d’écoute active et attentive
  • entretiens spécifiques et adaptés menant à la maturation psychologique de la personne face à ses difficultés.

L’aspect unique de la Reikiologie® : faire aller chercher à une personne ses qualités d’esprit sans qu’elle n’ait à savoir méditer !

L’innovation de cette thérapie d’approche bouddhiste laïque est la résonance, que le praticien professionnel utilise pour aider la personne à se remettre en route avec ses potentiels naturels solutionnant grâce à la méditation laïque.

Christian Mortier a fondé la notion de résonance, utilisée pour la 1ère fois en lien avec le fonctionnement de l’être humain.

L’être humain ne fonctionne que par résonance : il va mal, il reçoit un coup de téléphone, la nouvelle résonne en lui et d’un seul coup il va mieux.

Ou encore il va bien, on lui apprend une mauvaise nouvelle, elle résonne en lui et d’un seul coup il va mal.

Sachant que chaque personne possède en elle-même un esprit parfait mais aussi un ego, il est possible de redéclencher en elle sa partie parfaite pour l’emmener vers son bien-être naturel et durable.

C’est le sens du travail des praticiens professionnels formés à l’Institut de Reiki.

Un article sera prochainement consacré à la résonance.

Les séances de Reikiologie® – ou comment emmener la personne vers son bien-être parfait et durable

Durant la séance, la personne est allongée habillée et n’a rien à faire. Pendant ce temps, le praticien effectue un travail de relaxation méditation par le toucher :

  • il pratique une méditation laïque, spécifique de la Reikiologie® et dans le même temps
  • il pose les mains, avec un toucher fixe et léger, sur des points spécifiques du corps de la personne.

La séance permet à la personne d’entrer dans sa propre résonance méditative et d’aller chercher en elle-même ses potentiels naturels solutionnant (qualités d’esprit, les ‘médicaments spirituels’ à la souffrance décrits par Mikao Usui) et de donner du sens à sa vie. Elle peut ensuite mettre en œuvre ces nouvelles émergences d’elle-même (cf. Francisco Varela : autopoïèse et enaction) face aux situations ayant déclenché son mal-être.

Au fil des séances quand la personne plongée dans sa propre résonance méditative par le travail de méditation du professionnel, a observé son propre fonctionnement, quand elle a eu l’expérience de pouvoir aller chercher en elle-même ses potentiels naturels solutionnant et de transformer différentes formes de mal-être, elle comprend, par le vécu direct au-delà de tout concept mental, le lien entre les potentiels naturels solutionnant de son esprit et la libération de la souffrance de son esprit.

Elle demande alors naturellement à développer cette capacité.

Le maître praticien en Reikiologie® lui apprend des exercices simples et efficaces, de méditation laïque de libération directe de la souffrance.

De cette façon, la personne devient autonome et sait désormais aller chercher toute seule en elle-même son bien-être durable et parfait, le développer et le pérenniser.

E.Ivanez

Texte déposé sous copyrights. Non autorisé à la reproduction partielle ou intégrale (mentions légales)

¤ ¤ ¤

Laissez un avis

requis

  • FEDE
  • Qualification des services intellectuels OPQF
  • Fédération de la formation professionnelle
  • Fédération Française de Reiki Traditionnel
  • SYNDICAT DU REIKI

Institut de Reiki - Formation professionnelle diplômante en Reikiologie®

Nous souhaitons vous notifier de la parution
de nos nouveaux articles.
Il vous suffit de nous donner votre accord via ce formulaire.
Restez informé
Essayez, vous pourrez vous désinscrire à tout moment.
close-link

Abonnement

Restez informés des derniers articles
Valider