La résonance est notre fonctionnement d’être humain. Chacun de nous fonctionne par résonance – ce qui l’emmène soit dans son bien-être, soit dans son mal-être. Quelles sont les clés intérieures pour accéder au bien-être, et ce de façon durable ?

La résonance : vous reconnaissez-vous dans ces exemples ?

Situation 1 : deux collègues au bureau

Exemple a : J’arrive le matin au bureau, et je n’ai pas le moral. Je vais voir un collègue qui lui, est en pleine forme. Au bout de quelques instants de discussion, j’ai retrouvé la pêche et je ressors du bureau de mon collègue en pleine forme.

Exemple b : Nous pouvons noter que l’inverse est également vrai :

J’arrive le matin au bureau, je suis en pleine forme. Je vais saluer un collègue qui lui, est déprimé. Au bout de quelques instants de discussion, je suis moi-même en pleine déprime…

Que s’est-il passé pour que je retrouve le moral ou que d’un seul coup, je me sente déprimé ?

Est-ce que le collègue m’a fait la piqure du bon moral ou de la déprime ?

Situation 2 : l’enfant se levant tôt

Des parents réveillent leur enfant à 5 heures du matin

Exemple a : Ils lui disent qu’il doit aller à l’école. L’enfant ne se sent pas très bien, il a mal au ventre.

Exemple b : Ils lui disent qu’ils vont passer la journée à Disneyland. L’enfant saute du lit, tout enjoué.

Que s’est-il passé pour que se levant à 5 heures du matin, l’enfant soit tantôt malade, tantôt enjoué ?

Situation 3 : le coup de klaxon dans la rue

Nous marchons sur le trottoir entre amis. Une voiture est bloquée dans la rue à cause d’un camion ; l’automobiliste klaxonne sans arrêt.

Exemple a : Je le regarde et le vois s’énerver : je sens l’agacement monter en moi « qu’est-ce qu’il a ce dingue ? Et nos oreilles ? »

Exemple b : Mon ami le regarde et le voit s’énerver ; il dit « le pauvre, se mettre dans tous ces états pour juste 5 minutes à attendre… quelle souffrance pour lui ! »

Exemple c : Mon second ami passe tranquillement sur le trottoir, sans relever quoi que ce soit.

Que se passe-t-il pour qu’au coup de klaxon, je me mette en colère, alors que mon premier ami perçoit la souffrance de l’automobiliste et que mon second ami ne prête aucune attention au coup de klaxon ?

Situation 4 : le temps qui passe

Je passe quatre heures assis devant mon ordinateur.

Exemple a : J’écris un compte-rendu de réunion au travail. Le temps paraît interminable.

Exemple b : J’effectue des recherches pour mes prochaines vacances à Hawaï. Je consulte des photos, des témoignages de personnes, des circuits de voyagistes. Je ne vois pas le temps passer.

Pourquoi vis-je la même durée de temps différemment ?

Situation 5 : la boule d’angoisse

Je suis assis tranquillement chez moi – je suis en train d’effectuer une méditation de calme mental. Dans ce calme mental, je me sens serein et posé. Et puis d’un seul coup, une pensée, et une boule d’angoisse monte. Je passe à un exercice de la Reikiologie®, me permettant de transformer le mal-être vécu – je ressens une ouverture libératrice.

Comment la boule d’angoisse est-elle apparue alors que j’étais calme ? Comment ai-je réussi à atteindre cette ouverture libératrice ?

Les déclencheurs de la résonance (pédagogie du Reiki)

Les exemples que nous venons de citer montrent combien il est facile de tomber dans le mal-être ou dans le bien-être et que les déclencheurs du mal-être ou du bien-être sont multiples.

Mais que se passe-t-il exactement ? Suis-je obligé de subir les autres pour aller bien ou mal ? Comment empêcher cela ?

Ces éléments déclencheurs redéclenchent ce qui est déjà en moi-même, que ce soit ma partie de mal-être ou ma partie de bien-être.

Comment cela peut-il se redéclencher en moi ? Par la résonance.

Nous fonctionnons tous par résonance. Cette résonance s’exprime toujours, d’une façon ou d’une autre, dans n’importe quel contexte.

Dans la situation 1 des deux collègues au bureau, la pleine forme de mon collègue redéclenche ma pleine forme. L’inverse peut être également vrai : la déprime du collègue redéclenche ma propre déprime…

En clair, la bonne humeur de mon collègue a déclenché par résonance ma bonne humeur. La déprime de mon collègue a déclenché par résonance ma propre déprime.

Dans la situation 2, la perspective de l’école déclenche la résonance de mal-être de l’enfant ; la perspective du parc d’attractions déclenche sa résonance de dynamique naturelle.

Dans la situation 3, le klaxon a déclenché par résonance ma colère ; le même coup de klaxon a aussi déclenché par résonance l’amour inconditionnel de mon premier ami… et par résonance l’indifférence de mon second ami.

Dans la situation 4 des heures passées devant l’ordinateur, ma préparation du compte-rendu déclenche par résonance ma difficulté à m’installer dans ce que je fais. Ma préparation de mes vacances déclenche par résonance ma facilité à m’installer dans ce que je fais.

Dans la situation 5 de la boule d’angoisse, c’est ma propre pensée qui a déclenché mon angoisse par résonance ! Et ce que j’ai mis ensuite en place, intérieurement, qui a déclenché en moi une ouverture libératrice… Finalement, je peux noter que je n’ai pas besoin des autres pour aller mal : je le déclenche par moi-même

La véritable question n’est pas « quel est le déclencheur », mais « qu’est-ce qui n’est pas déclenché par résonance ? »

De tous ces exemples, nous pouvons tirer plusieurs conclusions :

  • Situation 1 : la résonance d’un être humain redéclenche celle d’un autre être humain
  • Situation 2 : la même situation (se lever à 5 h du matin) peut déclencher, pour la même personne, une résonance de mal-être ou une résonance de bien-être
  • Situation 3 : une même situation (coup de klaxon) peut déclencher des résonances différentes (colère, amour inconditionnel, indifférence) selon les personnes
  • Situation 4 : ce que met la personne dans ce qu’elle fait (motivation, sens) peut déclencher une résonance de mal-être ou une résonance de bien-être
  • Situation 5 : nous n’avons même pas besoin d’un déclencheur extérieur – par une simple pensée qui est la nôtre, chacun est capable de redéclencher en lui une boule d’angoisse, ou une libération intérieure…

Historique de la résonance : définition de Christian Mortier

Pour donner une définition de la résonance, la résonance est l’état d’esprit vécu intérieurement par une personne, suivant le cours de son existence d’instant en instant.

En d’autres termes, la résonance désigne le vécu global intérieur d’une personne à tout moment de sa vie, c’estàdire le sens et le ressenti de sa vie.

Ce concept de résonance en lien avec le fonctionnement de l’être humain n’a pas été employé. Cette définition de la résonance vient de Christian Mortier, fondateur de la Reikiologie (Reiki professionnel dont les compétences sont certifiées par un organisme international certificateur tierce partie) et du Reikibunseki (référentiel de compétences métier pour le Reiki). Il a remis la pratique du Reiki en route de façon empirique en cabinet, durant neuf ans, de 1991 à 2000. Il a constaté que l’être humain, dans sa globalité, ne fonctionne que par résonance, et ce, de manière universelle : il a un vécu intérieur en lien avec tout ce qu’il dit, fait, etc…

N’ayant pas trouvé d’explication scientifique au fait que l’être humain fonctionne avec un vécu (ressenti) global intérieur à tout moment de sa vie, Christian Mortier se basa sur une démonstration scientifique empirique, avec l’observation des effets du Reiki sur des centaines de personnes venues le consulter. Il fonda la notion de résonance, pour expliciter l’évolution du vécu de la personne avec la pratique du Reiki Traditionnel.

Le fonctionnement de l’esprit de l’être humain

Il va de soi que le vécu de la vie dont il est question, n’est autre que le vécu de l’esprit de la personne.

Le vécu est relié à nos potentiels de conscience. Selon leur expression, la personne vit une émotion conflictuelle, ou bien une émotion participative, ou ses qualités d’esprit intrinsèques, porteuses de sens, d’éthique naturelle (compassion et altruisme par exemple), de sagesse et d’équilibre. Lorsque les qualités d’esprit s’expriment, la personne a un vécu non conflictuel : elle vit son bonheur parfait et durable. Lorsque les qualités d’esprit sont annihilées par l’ego et ne peuvent s’exprimer, la personne a un vécu conflictuel, appelé aussi vécu de mal-être – se traduisant dans la sensation par : « je me sens bien », « je ne me sens pas bien », ou encore « je ne sais même pas si je dois me sentir bien ou pas bien ».

La résonance : le véritable déclencheur est soi-même

Nous avons vu avec les exemples précédents que bien que la résonance ait de multiples déclencheurs, intérieurs (ma pensée…) ou extérieurs (un coup de klaxon), la résonance est toujours intérieure à l’être humain.

Cela signifie que chacun ne vivant que son propre esprit, chacun ne peut vivre que sa propre résonance, qui n’est en rien celle de l’autre – exemple : les trois amis résonnant différemment face au coup de klaxon – qui reste le même, quelle que soit la personne qui l’a entendu. Ainsi, chacun remet en route la résonance de son esprit au gré des situations intérieures et extérieures – que ce soit avec un collègue, face à une situation spécifique, ou seul avec soi-même…

La résonance de mal-être et la résonance de bien-être

Tel est le fonctionnement de notre esprit : il résonne et ne peut résonner qu’avec ce qu’il est. C’est-à-dire avec son potentiel de bien-être chargé d’un potentiel de mal-être.

En effet, l’esprit de la personne, tant qu’il s’exprime en dualité, contient à la fois :

  • ce qui emmène la personne vers son bonheur parfait et durable – ce sont les qualités d’esprit, ou sagesses de l’esprit, que nous appelons encore potentiels naturels solutionnants dans la Reikiologie,
  • et ce qui l’emmène vers son mal-être – ce sont les voiles de l’esprit, que nous appelons encore mécanismes destructeurs ou ego dans la Reikiologie.

Exprimé différemment, l’expression de l’esprit parfait, encore appelé l’esprit dénué de souffrance (l’absence de souffrance étant le bonheur parfait et durable), conjointement avec les résonances négatives dont il est chargé (l’ego), déclenche ou remet en route des vécus plus ou moins difficiles intérieurement, nous plongeant alors dans des émotions conflictuelles parfois terribles ; ces réactions émotionnelles psychophysiques ont souvent une action dévastatrice sur notre moral et notre santé en général.

Ces réactions émotionnelles ne sont pas celles du collègue en pleine forme ou déprimé, des parents réveillant l’enfant, du coup de klaxon, ou de quelque chose d’invisible, mais elles sont bien le fruit de la personne qui les vit et qui redéclenche en elle, au gré des situations et événements de la vie, ce qui est déjà en ellemême : sa résonance de malêtre générée par les voiles de l’esprit. L’exemple du coup de klaxon est alors à traduire par : le son du coup de klaxon a redéclenché la colère déjà présente en soi.

Mais le fonctionnement de la résonance se produit aussi à l’inverse…

La Reikiologie et la résonance

Le sens de la Reikiologie : utiliser le fonctionnement de résonance pour emmener l’autre vers son bien-être

Etant donné que chaque personne possède un esprit parfait (bonheur parfait et durable) et un ego (souffrance psychique), et l’esprit ne fonctionnant que par résonance, il est possible de redéclencher chez une personne son côté de souffrance – en la faisant se remettre en route dans sa colère, dans ses angoisses, dans son stress, dans son isolement – il suffit d’observer autour de soi, par exemple dans les transports en commun, comment le visage fermé des uns peut déclencher par résonance la fermeture des autres – et chacun reste enfermé dans son coin.

Mais surtout, il est possible de redéclencher le côté de perfection de chaque personne, avec une résonance emmenant cette personne vers un mieuxêtre puisque la personne possède aussi ce potentiel en elle-même. Qui n’a pas remarqué qu’un sourire adressé à l’autre suffit parfois à briser la glace ? Le sourire de l’un a redéclenché, bien que temporairement, la capacité d’ouverture de l’autre. Peut-on déclencher cette ouverture de façon durable ?

Un fondement d’approche bouddhiste pour une pratique laïque

L’Abhidharma (texte d’enseignements établis par le Bouddha) est une approche scientifique de l’esprit, décrite dans les universités bouddhistes. Cette approche scientifique de l’esprit décrit le fonctionnement de notre esprit, et avec cette connaissance, la façon dont il est possible de stopper le mal-être que chacun autoproduit dans son esprit et d’atteindre le bonheur parfait et durable.

La Reikiologie est une pratique laïque basée sur l’enseignement bouddhiste et la compréhension bouddhiste du fonctionnement de l’esprit de l’être humain – de son mal-être vers son bien-être durable et parfait.

Surtout, elle utilise le fonctionnement de la personne que Christian Mortier a identifié et nommé : la résonance, l’être humain ne fonctionnant que de cette manière. Tout travail effectué sur autre chose que sa résonance ne peut aboutir à un résultat efficace, car non durable.

A quoi sert la Reikiologie ?
A redéclencher chez la personne l’expression de son bonheur parfait et durable, grâce à la résonance.
Comment ?
Avec la méditation laïque spécifique à la Reikiologie.

Les méditations de la Reikiologie et le travail effectué par le praticien

La démarche de la Reikiologie (Reiki professionnel certifié) est fondée sur le fonctionnement de notre esprit, la résonance, pour favoriser chez la personne la transformation de résonance de malêtre en résonance de mieuxêtre durable.

Concrètement, la personne est allongée habillée et ferme les yeux. Elle n’a rien à faire. Pendant ce temps, le praticien professionnel, tout en posant les mains avec un toucher spécifique sur des points spécifiques du corps (circuit énergétique) effectue un travail de méditation spécifique à la Reikiologie. Ce faisant, il déclenche une résonance méditative d’union chez la personne.

Dans cette union intérieure, l’esprit de la personne se libère de ses crispations (ego).

L’esprit parfait de la personne (résonance de bonheur parfait et durable) plus ou moins chargé de souffrance (résonance négative ou de mal-être) est filtré de ces tensions ou crispations. Il laisse alors émerger la résonance d’un esprit plus libéré. C’est-à-dire que l’esprit de la personne s’est libéré d’une partie du potentiel de souffrance dont il était chargé. La personne vit cela comme une transformation intérieure : celle d’un vécu de mal-être en vécu de mieux-être.

Au fil des séances, les méditations spécifiques du praticien professionnel aident la personne à libérer son esprit de ses résonances négatives pour vivre progressivement sa résonance de bien-être parfait et durable. Cette libération favorise en dernier lieu l’expression des potentiels de la personne, dont la capacité à s’adapter à la situation vécue jusqu’ici conflictuellement, pour laquelle elle était venue consulter.

E.Ivanez

Texte déposé sous copyrights. Non autorisé à la reproduction partielle ou intégrale (mentions légales)

¤ ¤ ¤

Cet article est basé sur le livre de Christian Mortier : « Le Reikibunseki®, l’analyse de la force de l’esprit. La relaxation méditative par le toucher – Union de la science et de l’expérience humaine » (Editions Lumières d’Eveil – 2014 – ISBN 978-2-95339-972-1)

Et

est basé sur l’enseignement de l’U.F. 1 Shoden à l’Institut de Reiki : la notion de résonance à l’origine du vécu de mal-être ou de bien-être

 

Laissez un avis

requis

  • FEDE
  • Qualification des services intellectuels OPQF
  • Fédération de la formation professionnelle
  • Fédération Française de Reiki Traditionnel
  • SYNDICAT DU REIKI

Institut de Reiki - Formation professionnelle diplômante en Reikiologie®

Nous souhaitons vous notifier de la parution
de nos nouveaux articles.
Il vous suffit de nous donner votre accord via ce formulaire.
Restez informé
Essayez, vous pourrez vous désinscrire à tout moment.
close-link

Abonnement

Restez informés des derniers articles
Valider