Pourquoi le reiki est une relation d’aide

relation d'aide

Le reiki regorge d’affirmations mystiques et ésotériques, coupées de toute réalité scientifique. Déformée au décès de son fondateur, cette méthode est pourtant très concrète, et relève de la relation d’aide.

Définition

La relation d’aide est un accompagnement d’une personne en détresse morale. Il consiste à l’accompagner à la mobilisation de ses ressources, pour l’aider à mieux vivre une situation.

Cette aide passe par des entretiens. Pour pouvoir les mener, il faut avoir des notions solides de psychologie humaine. Et donc, une formation adéquate pour apporter à la personne en souffrance psychologique le soutien dont elle a besoin.

Des exemples de relation d’aide

Carl Rogers et l’approche centrée sur la personne

Carl Rogers est un psychologue américain issu de la branche humaniste. Il a été le premier à se centrer sur les potentiels de la personne, et pas sur ses névroses, comme le faisait Freud par exemple. Son idée consistait à accompagner la personne pour faire émerger ce qui fonctionne en elle, car il considérait que la personne ne peut pas aller mieux en restant dans l’analyse de tout ce qui ne va pas en elle. Elle ne peut s’en sortir que si elle identifie ses ressources et sait s’en servir.

L’alliance ainsi créée entre le thérapeute et la personne accompagnée repose sur une relation de confiance. Carl Rogers parlait d’alliance thérapeutique.

Aider l’autre, en ce sens, appartient à une approche de thérapie.

Relation d’aide et soins infirmiers

La relation d’aide est aussi présente dans la médecine. Les infirmiers utilisent celle-ci comme fil conducteur de leurs soins , où le soigné doit avoir confiance dans le soignant. Le professionnel de santé n’est pas celui qui sait tout. Aussi, il doit faire preuve de congruence, d’écoute active, de bienveillance, d’empathie, de non jugement et de reformulation.

Bref, tout ce que Carl Rogers a défini dans son approche centrée sur la personne.

Relation d’aide et accompagnement psychologique

Il ressort de ces exemples que dans la relation d’aide, l’aspect psychologique est important. Il est donc évident que toute personne active dans ce domaine se base sur un accompagnement psychologique auquel elle a été formée. Tout le monde sait qu’une telle formation ne s’effectue pas en quelques jours.

Le reiki avec psychologie

Le reiki comporte deux grands volets. Déjà la séance de reiki en elle-même. La personne est allongée à ne rien faire et le praticien effectue un travail de relaxation méditative par le toucher.

Mais aussi des entretiens spécifiques, aidant la personne à mieux se connaître. Le praticien est un accompagnant de sa maturation psychologique, afin qu’elle puisse s’exprimer sur ce qui la bloque. Ensuite, dans cette conscientisation de son fonctionnement, elle sait agir pour arrêter ce qui l’entrave dans son quotidien. Par ailleurs, elle apprend à aller chercher en elle ses potentiels naturels solutionnant.

Il est donc évident qu’une approche psychologique fait partie du reiki. A ce titre, le reiki appartient à la psychologie transpersonnelle.

Le reiki sans psychologie

Si l’on se base maintenant sur les approches ésotériques du reiki, le praticien est formé en 2-3 jours. Fort de cela, il canalise une énergie dans la personne pour que l’énergie universelle aille régler les problèmes et que le corps s’auto-guérisse.

En un mot : il y a l’énergie universelle qui fait d’un côté. Puis il y a le corps qui fait de l’autre côté. D’ailleurs, si l’on regarde bien, toutes ces formes de reiki ne mettent que la guérison du corps en avant. Aucun ne parle du bien-être psychologique.

Où est l’approche thérapeutique avec le développement des potentiels de la personne ?

Relation d’aide : autonomie et réconciliation avec soi-même

Un bon professionnel de relation d’aide ne prétend pas savoir à la place de la personne. De plus, il ne règle pas les problèmes à sa place.

Le reiki de l’autonomie

Dans le reiki d’origine, le praticien de reiki est un accompagnant qui utilise la reformulation, le questionnement, et l’écoute active et attentive. Il est formé aux mécanismes psychologiques de défense et émotionnels et aide la personne à les désamorcer. En aidant celle-ci à mieux se connaître, il l’emmène vers la maîtrise d’elle-même et donc, vers son autonomie.

Le reiki de l’enfermement

Dans le reiki mystique, la personne a besoin du maître reiki pour savoir ce qui lui arrive. L’analyse, un véritable diagnostic sauvage des chakras selon certains témoignages, est rarement en accord avec ce que la personne ressent profondément pour elle-même. De fait, la personne se trouve tiraillée entre ce qu’elle est, et le maître reiki qui se pose en connaisseur de tout ce qui se passe en elle.

Enfin, le maître reiki prétend canaliser quelque chose dans la personne, la mettant en position de dépendance. A lire les forums sur internet, beaucoup restent durant des mois enfermés dans quelque chose dont ils n’arrivent pas à se libérer, convaincus que le maître reiki a ce pouvoir de maîtriser ce qui se passe en eux. Et que seul lui peut le retirer.

En conclusion, retenons du reiki que c’est une méthode de relation d’aide. Le rôle du praticien de reiki est de soutenir de façon inconditionnelle ce qu’est la personne. Son accompagnement reste toujours non intrusif. Enfin, il aide la personne à mieux se connaître et ainsi, à faire émerger ses potentiels naturels. Pour cela, il utilise le verbal, avec des entretiens spécifiques. Mais aussi le non verbal, où la personne se recentre sur elle, et donc sur ses ressources naturelles.