bonheur au travail

Le bonheur au travail, c’est possible ?

Le bonheur au travail est très tendance. D’ailleurs, de nouveaux métiers se développent : Happiness Manager, Chief Happiness Officer… Il faut se sentir bien dans son travail et tout est mis en place pour cela. A la limite, on se met la pression pour être heureux !

Mais on oublie l’essentiel : d’abord, le bonheur ne se commande pas. Ensuite, le bonheur ne vient pas des autres… Il vient de soi !

Bonheur au travail : ça vient d’où ?

Déshumanisation, absence de convivialité, pression, rentabilité, refus de reconnaissance… Tels sont les mots qui reviennent constamment dans la bouche des salariés, lorsqu’on leur demande de décrire leur ambiance professionnelle.

Alors forcément, les ressources humaines se devaient de rétablir la situation, pour rendre les salariés heureux.

C’est ainsi que sont apparus de nombreux stages, d’une ou deux journées, au sein des entreprises. Stopper le stress au travail, être à l’écoute de l’autre, savoir développer la qualité de vie au travail. Mais aussi prévenir les risques psychosociaux, faire face au burnout des collaborateurs, développer le bien-être au travail

De même, de grandes écoles de management incluent désormais ces notions dans leur cursus de formation.

Des intervenants en méditation et yoga, sophrologie, des relaxologues ont fait leur entrée pour coacher chacun vers son bien-être.

Mais beaucoup s’interrogent sur cette dictature du bien-être, qui a pris officiellement le relais de la dictature de la rentabilité. Officieusement, derrière la volonté de voir les salariés baignant dans leur bonheur au travail, souvent règne l’espoir qu’ils seront plus rentables.

Le bonheur ne se commande pas

Pourtant, cela ne sert à rien de vouloir commander le bonheur. Le véritable bonheur ne se programme pas.

Qui n’a pas passé de superbes moments avec ses amis lors d’une soirée improvisée ? Et constaté qu’en voulant la reproduire, ce n’était plus pareil ?

Qu’est-ce qui fait cette sensation spéciale qu’est le bonheur, le vrai ? C’est justement d’être dans l’instantanéité du temps présent, sans aucune programmation. C’est-à-dire sans vouloir (ré)agencer le passé, ni organiser l’avenir.

Mais simplement d’être entièrement disponible à soi-même et aux autres, sans attente.

Et oui, on comprend pourquoi la méditation, sous toutes ses formes, induisant le « ici et maintenant », mène au bonheur.

Le bonheur ne vient pas des autres

Evidemment, il est nécessaire que l’entreprise respecte les valeurs humaines de chacun. Cependant, comment le bonheur au travail serait-il possible, si la personne ne se sent pas en accord avec elle-même sur un plan général ?

Etre heureux professionnellement, sans l’être dans d’autres domaines de sa vie, ne sert pas à grand’chose.

On sait aujourd’hui qu’un tiers de la population active ne pense même pas à prendre en charge son propre bien-être psychologique. Certains s’entendent même dire : « Quoi ? Tu consultes pour du bien-être ? Sois sérieux, enfin. Fais quelque chose de ta vie.. »

On peut avoir envie de passer 80 ans de sa vie à courir, et vivre selon l’adage métro-boulot-dodo. Qu’est-ce qui restera au final ?

On peut aussi avoir envie de vivre le mieux possible, le temps que l’on doit vivre. En bref, de profiter de la vie, pour se réaliser pleinement.

Un premier pas : le bonheur est en soi. Il ne réside pas à l’extérieur. Personne ne peut nous le donner. Sinon, le Dalai Lama l’aurait déjà transmis à tous les habitants de la Terre.

En revanche, chacun peut faire le nécessaire pour trouver la clé de son bonheur. Cette clé passe par la connaissance et la maîtrise de soi.

A chacun de trouver la pratique, ou le praticien professionnel, qui l’aidera à cela.