Béatrice nous confie sa solution pour être bien dans sa peau : « Je me sentais mal dans ma peau depuis toujours. J’avais essayé d’aller mieux : psychothérapie, pensées positives, sport, massage. Cela me procurait un apaisement sur le moment. Mais au bout de quelques jours ça disparaissait. De plus, je le vivais mal car mes proches me disaient : ‘Quelle idée de s’intéresser aux méthodes de bien-être. Occupe-toi de continuer à réussir ta vie au lieu de perdre ton temps de cette façon’. Seulement, avoir tout le confort du monde ne m’aidait pas à cesser d’être mal dans ma peau. Tout cela n’avait pas de sens. Je me suis donc orientée vers des méthodes moins connues comme la Reikiologie, qui parlait de donner du sens à ce qui nous arrive. »

En quoi la Reikiologie répond-elle à cette recherche d’être naturellement et durablement bien dans sa peau ?

 

Une solution innovante pour se sentir bien dans sa peau

Dans l’article précédent, nous avons vu que être mal dans sa peau est une sensation de mal-être diffuse, qui consiste à ne pas se sentir à sa place dans sa vie, et donc malheureux.

Nous avons aussi vu qu’il est impossible d’arrêter cette sensation avec des médicaments. Et donc que la solution est disponible dans une approche non médicale, relevant de la santé mentale positive.

Comment passer de cette souffrance psychique, à la sensation d’être bien dans sa peau ?

Ne rien faire pour se sentir mieux !

La démarche est à la fois innovante et simple. Il s’agit de faire allonger la personne, habillée, et de lui demander de ne rien faire.

Tout le travail est effectué par le praticien. Car pendant ce temps, il pratique une méditation et pose ses mains, avec un toucher fixe et léger, sur certains points du corps.

Par résonance, la personne tombe dans sa propre relaxation méditative, ce qui dissout ses résistances vécues plus ou moins douloureusement.

Trop simple pour être vrai ?

Rien de magique dans cette approche. Mais pas besoin de compliquer les choses alors qu’elles peuvent être simples. Il ne s’agit pas d’enfermer les gens dans des théories, et donc des cases. Mais bien d’adapter la pratique à leur fonctionnement. C’est la raison pour laquelle la Reikiologie est la traduction du fonctionnement naturel de l’être humain.

En fait, la Reikiologie, et telle est sa spécificité, elle vise une approche globale de la personne :

  • au niveau du corps,
  • ainsi que de l’esprit
  • et aussi de nos souffles internes (énergie).

Il suffit d’accompagner la personne à trouver son équilibre, pour que ces résistances, fortes ou diffuses, disparaissent. D’où le travail effectué par le praticien durant le déroulement d’une séance de reiki :

  • le toucher fixe et léger pour le corps,
  • la méditation pour l’esprit
  • l’équilibre énergétique
  • la résonance de méditation dont les professionnels issus de notre formation ont désormais la maîtrise.

Au final, dans cet équilibre retrouvé, la personne se sent bien dans sa peau.

Encore faut-il avoir, en amont, la compréhension et la connaissance liées à notre fonctionnement au niveau physique, psychologique et énergétique. C’est l’objet du professionnalisme dispensé à nos apprenants.

 

Un sur-mesure pour emmener chacun à être durablement bien dans sa peau

Première étape du travail : une découverte des effets de la Reikiologie

Dans un premier temps, la personne venant voir le praticien professionnel en cabinet a juste à bénéficier des séances de relaxation profonde. Bien entendu, un entretien de début permet au praticien de savoir adapter sa pratique à la personne. Et un entretien de fin, de répondre aux questions sur la séance, si nécessaire. Ces consultations professionnelles durent une heure.

De mon expérience, il faut environ 4 – 5 séances rapprochées en cabinet pour aider la personne à s’installer suffisamment dans sa profondeur. Dans cette profondeur, certains blocages ont déjà été dénoués, et la personne se sent mieux dans sa peau.

Cette nouvelle sensation peut suffire pour certains. Bien qu’ils n’aient pas encore arrêté durablement le mécanisme déclencheur, ils peuvent déjà bien vivre leur vie. Surtout, ils souhaitent maintenant en profiter, et arrêtent les séances.

Deuxième stade : une régularité pour la prévention de la santé

Arrivées à ce stade, d’autres personnes continuent les séances en cabinet. Cela leur permet d’approfondir ce nouveau vécu de bien-être. Mais aussi d’agir en prévention pour éviter de se retrouver à nouveau dans une telle situation. Dans la mesure où la Reikiologie ne sert pas qu’à être bien dans sa peau, elles peuvent aussi en profiter pour dénouer d’autres styles de blocages psychologiques. Ou changer d’autres perceptions de vie si les leurs ne leur conviennent plus.

Le rythme sera alors plutôt mensuel.

Deuxième phase bis : une régularité pour aller plus loin

Mais au bout de ces 4-5 séances, bien qu’allant mieux, d’autres personnes peuvent avoir envie d’aller encore plus loin. Ainsi, elles continuent pour approfondir le travail et identifier ce qui les a amenées jusqu’à se sentir mal dans leur peau, afin d’arrêter durablement le mécanisme. D’où une possibilité de pouvoir être durablement bien dans sa peau.

Troisième phase : un travail d’apprentissage vers son autonomie

Dans ce travail plus thérapeutique, au sens psychologique, la personne se rend compte qu’elle bloque sur certains points. Autant elle est consciente de certains, autant d’autres lui échappent. Comme on me dit souvent en cabinet : « je sais bien que quelque chose bloque, mais je n’arrive pas à mettre le doigt dessus ».

La personne souhaite alors être accompagnée sur un plan psychologique. Elle souhaite que nous l’aidions à discerner les mécanismes déclencheurs de sa souffrance psychique. Ainsi, le maître praticien devient l’interlocuteur dédié de la personne. Il met alors en place :

  • des séances de 2 heures ;
  • un entretien d’accompagnement poussé, permettant déjà un travail de transformation. La personne y fait un diagnostic de sa vie, grâce aux questions de maturation du maître praticien. Cet entretien s’appelle « entretien de transcendance » (cf. UE 10 – Cycle des connaissances) ;
  • un exercice de dissolution directe du ressenti de la souffrance, pour l’appliquer chez soi au quotidien, si besoin.

Il s’agit d’un exercice très spécifique et propre à la Reikiologie, où la personne expérimente sur le champ la disparition de sa sensation de mal-être. Y compris lorsqu’il s’agit de cette sensation diffuse d’être mal dans sa peau.

 

La Reikiologie, ou Reiki traditionnel professionnel

La Reikiologie est la forme professionnelle du Reiki. Elle est disponible uniquement à la Fédération Française de Reiki Traditionnel. Ses professionnels sont validés par DEKRA Certification, un organisme certificateur indépendant international.

Fondement du Reiki

Le Reiki est une méthode de relaxation méditative par le toucher. Un maître de méditation japonais, Mikao Usui, l’a élaborée en 1922.

Son toucher fixe et léger permet de dénouer les blocages ressentis par la personne au niveau psychologique et corporel. Cette libération des énergies bloquées conduit la personne vers un mieux vivre.

Il faut ainsi classer la Reikiologie parmi les pratiques de santé mentale positive. Le sens de ces pratiques consiste à trouver son équilibre dans sa vie, pour profiter de l’existence.

Evolution du Reiki

Après le décès d’Usui, le Reiki se scinda en 2 branches.

Le médecin japonais Hayashi et Takata

Le Reiki d’Usui fut déjà dévié en médecine par le médecin japonais Hayashi.

Puis juste après, en méthode new age. Cette hawaienne, Takata, prétendait parler aux fantômes et ressusciter les morts avec le reiki. Elle affubla un concept d’énergie universelle au reiki, qui n’en était déjà plus. Ainsi, tout le monde devenait capable de guérir et de conférer des pouvoirs de guérison fantasmagoriques. Pour cela, une initiation reiki permet d’acquérir ce don qui nous tombe du ciel.

Grâce à ce don, il devenait inutile de poursuivre des études sur l’être humain. Il devenait également facile de se mettre à son compte en 2 jours. Un très grand nombre de personnes ont préféré suivre ce mouvement new age, abandonnant ainsi le fondement même du Reiki.

D’où de nombreuses croyances dans cette voie Hayashi – Takata. Ces inventions explicatives invérifiables et sans fin, mènent à des dérives thérapeutiques.

Maintien de la démarche du Reiki d’Usui

Mais le reiki fut également maintenu dans sa démarche d’origine. Celle d’allier méditation et relaxation par le toucher pour aider la personne à aller chercher en elle ses potentiels naturels solutionnant. Non pas avec une énergie extérieure, mais bien avec ses propres ressources. De fait, il n’y a aucune énergie extérieure dans ce process. La personne reste entièrement centrée sur elle-même.

Évidemment, investir du temps et du travail pour avoir un métier est moins vendeur sur le plan marketing. C’est la raison pour laquelle une minorité de personnes s’inscrivent dans cette démarche. Il faut néanmoins retenir qu’il s’agit de personnes désireuses de prendre soin de l’autre sérieusement.

En France, l’Institut de Reiki, et son directeur Christian Mortier, a remis à l’ordre du jour le Reiki, de façon à répondre aux nouvelles préoccupations de nos contemporains occidentaux.

Le terme de Reikiologie, qui est une marque distinctive, permet de préserver le savoir-faire des professionnels formés chez nous, des dérives new age.

Des connaissances et une culture générale

Ce fondement repose sur un fondement scientifique regroupant des connaissances humaines relatives à la phénoménologie orientale, aux neurosciences occidentales et à la psychologie occidentales. Notre formation contient une culture et une connaissance générale sur la santé globale de l’être humain. Une santé qui touche à la fois le corps et l’esprit.

Ainsi, nos élèves savent faire la distinction entre :

  • Ce qui relève de la médecine
  • Ce qui ne relève pas de la médecine.

Cela leur est grandement utile, car c’est ce qui constitue leur professionnalisme. Comme praticiens professionnels, ils ne confondent plus le champ médical du champ non médical (*). Ils savent donc orienter leurs clients vers les bons interlocuteurs quand ceux-ci pensent trouver dans le domaine non médical une solution médicale.

 

(*) Pour rappel, cette distinction est inexistante dans les repères inculqués par les autorités publiques en France, où toutes les pratiques de santé, qu’elles soient médicales ou non médicales, sont répertoriées de force comme médecine.

 

En savoir plus :

Formation approfondie de 34 jours :

catalogue formation reiki

Journée découverte, « Reiki débutant », pour soi et ses proches :

 

 

Laissez un avis

requis

  • FEDE
  • Qualification des services intellectuels OPQF
  • Fédération de la formation professionnelle
  • Fédération Française de Reiki Traditionnel

Institut de Reiki - Formation professionnelle diplômante en Reikiologie®

Nous souhaitons vous notifier de la parution
de nos nouveaux articles.
Il vous suffit de nous donner votre accord via ce formulaire.
Restez informé
Essayez, vous pourrez vous désinscrire à tout moment.
close-link

Abonnement

Restez informés des derniers articles
Valider